Mai 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 21 avril 2017

Construire des économies écologiques

L'Afrique a besoin de plus d'action symbolique pour construire des économies vertes. Sans une action climatique adéquate, les agriculteurs africains peuvent perdre de 40% à 80% de leurs terres agricoles pour la culture de céréales. La prévention de la perte de biodiversité (SDG 9) et la dégradation de l'écosystème protégera également l'approvisionnement alimentaire des populations urbaines. La grande question est la suivante: comment mobiliser les ressources du secteur privé? Sans aucun doute, les institutions financières africaines ont des capacités importantes pour soutenir les investisseurs. Cependant, ils ont une histoire d'aversion au risque et ne disposent pas d'instruments de marché suffisants pour faciliter le partage des risques. Par conséquent, les investissements dans l'agro-industrie sont restés inférieurs à ce qui est nécessaire. Une autre situation est la situation macroéconomique. Les taux d'intérêt augmentent et sont de plus en plus nombreux que les petits exploitants et les petites et moyennes entreprises peuvent se permettre. Pour débloquer le financement du secteur privé, les secteurs de la demande et de l'offre du marché du crédit doivent donc être débloqués. De plus, il doit y avoir un cadre pour partager l'expertise sur le continent. La bonne nouvelle est que nous avons déjà des réseaux qui regroupent les ressources, contribuent à atténuer les risques et à partager les connaissances. Ils ont cependant besoin d'une meilleure coordination. Dans ce concours, la capacité de risque africaine (ARC) est une initiative très prometteuse au niveau supra-national. Fondée en 2012, elle est une agence soutenue par les donateurs de l'Union africaine. Il gère essentiellement un régime d'assurance pour financer la réponse aux catastrophes et promouvoir la résilience climatique. Conformément à son mandat, l'ARC envisage de créer une Facilité pour le climat extrême (XCF), qui émettra des obligations. L'idée est de recueillir des fonds sur les marchés mondiaux des capitaux, attirer des investisseurs au-delà de l'Afrique. Une installation d'assurance axée sur le marché qui est soutenue par les gouvernements et les institutions multilatérales est une façon intelligente de répartir largement les risques.

Source: Développement et coopération