Mai 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 04 mai 2017

AEC prépare à entrer en Afrique

Le Conseil de l'exportation de l'agriculture (AEC) travaille à la préparation des études de marketing et de consommation pour les marchés africains et devrait finir en mai. L'AEC a également l'intention d'augmenter les exportations du secteur pour s'établir à 2,26 milliards de dollars en 2017, contre 2,46 milliards de dollars en 2016, avec une croissance prévue de 5%. Le chef de l'AEC, Abdel Hamid Demerdash, a déclaré que le marché africain est important et prometteur pour l'avenir des cultures égyptiennes, où il existe de nombreux grands marchés potentiels. Il a ajouté que les études sont fondées sur l'exploitation des accords commerciaux conjoints entre l'Égypte et le reste des pays africains, ce qui contribuera à entrer sur ces marchés avec l'aide de plans de commerce économique intacts. Il a expliqué que l'AEC coopère avec les bureaux égyptiens de représentation commerciale en Afrique pour cibler des marchés spécifiques, nourrir le conseil avec des informations et des besoins du marché et préparer des études. Il a noté que la taille actuelle des exportations vers l'Afrique est très faible, avec des plans visant à stimuler les exportations vers 5% de toutes les exportations agricoles au cours des cinq prochaines années, avec une croissance de 1% par an. Demerdash a expliqué que l'AEC enverrait d'abord des délégations avec des représentants du ministère de l'Agriculture pour communiquer avec les pays africains sur le commerce et leur volonté d'ouvrir leurs marchés pour les produits égyptiens. Il a ajouté que, malgré leur importance, les marchés africains présentent de nombreux défis auxquels font face les exportateurs égyptiens, limitant leur pénétration. Il a expliqué que les problèmes les plus importants auxquels sont confrontés les exportateurs égyptiens sont le manque de garanties pour recevoir leurs cotisations financières et la situation logistique difficile, ce qui augmente le coût de production. Demerdash a noté que de nombreux exportateurs se plaignaient de leur incapacité à collecter leurs paiements après l'exportation, en raison d'escroqueries commises par les importateurs sur ces marchés.

Source: Daily News Egypt