Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 04 mai 2017

Réduire le recours aux importations

Le président de la Namibie, Hage Geingob, a invité les gouvernements africains et le secteur privé à défendre agressivement l'industrialisation dans leur économie et à freiner la dépendance excessive aux exportations de matières premières. Geingob, qui faisait une visite d'Etat de trois jours au Zimbabwe, a pris la parole lors de l'ouverture officielle de la 58e édition du Salon international du commerce du Zimbabwe (ZITF) à Bulawayo, où il a noté que les défis auxquels le continent africain devrait relever et le chômage croissant des jeunes pourraient Ne soit abordé qu'en exploitant les liens régionaux et en poursuivant un solide programme d'industrialisation régional ancré sur l'ajout de valeur et l'enrichissement. Il déplorait un faible commerce intra-régional et dépendait des importations en provenance des économies développées, qu'il a blâmé pour l'utilisation continue de modèles économiques qui servent les intérêts coloniaux. "Le commerce entre les gouvernements africains a généralement été faible", a déclaré le président Geingob. "C'est ainsi parce que nos modèles commerciaux ont été alignés pour répondre aux exigences des anciennes puissances coloniales et en partie parce que de nombreux pays africains produisent essentiellement des produits similaires, principalement des produits agricoles et minéraux", a-t-il déclaré. "Peu ou pas d'enrichissement a lieu dans beaucoup de nos pays et la majeure partie des produits finis sont importés d'Europe et d'Asie. Cela doit changer. Il n'y a actuellement aucun pays avancé dans le monde qui n'a pas traversé le processus d'industrialisation. Les économies africaines ne seront pas différentes. Pour relever les défis brûlants, en particulier le chômage des jeunes, nous devrons étendre notre base industrielle et nos capacités de fabrication », a déclaré le président Geingob. Il a exprimé son optimisme selon lequel l'économie du Zimbabwe était prête à enregistrer une forte croissance grâce à de bonnes pluies et à la récolte anticipée qui constitue une base solide pour la croissance dans d'autres secteurs de transformation et la sécurité alimentaire. Il a déclaré que les expositions agricoles au ZITF ont démontré que le Zimbabwe est le grenier de la région de la SADC.

Source: Newera