Août 2017
L Ma Me J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mercredi, 17 mai 2017

Le G20 doit aider l’Afrique à produire du chocolat

À l’occasion d’un événement sur l’avenir du monde rural organisé par le ministère allemand de l’agriculture, Nachilala Nkombo, directrice de ONE Campaign pour l’Afrique, a parlé agriculture durable et leçon pour le futur avec Euractiv Allemagne. Cette rencontre a-t-elle été positive ? Au moins, il existe à présent une compréhension commune de ce qui est nécessaire pour le renforcement des communautés rurales et de leur pouvoir économique. Le statu quo ne fonctionne plus. L’Afrique est loin derrière son potentiel en termes de progrès techniques et agricoles. Le fait que l’Allemagne dirige le G20 cette année nous donne l’occasion de cesser de faire n’importe quoi et de réellement avancer sur des points stratégiques. C’est avant tout important pour la jeunesse. Les jeunes veulent une vie meilleure. Il faut investir dans les infrastructures, surtout dans les zones rurales. Et cet investissement doit profiter à des idées durables, impliquer les communautés locales et respecter leurs besoins. En Afrique, la formule d’un investissement réellement durable est de se concentrer sur l’éducation, l’emploi et la participation.Pourquoi estimez-vous que le plus gros potentiel de l’agriculture concerne les jeunes et les femmes des campagnes ? Nous savons que l’extrême pauvreté affecte particulièrement les femmes et les filles, qui ne bénéficient pas des mêmes capacités de production agricole. Leur productivité est en effet entre 23 et 66 % moindre que celle des hommes. Pourtant, ce sont les femmes qui ont le plus de chance d’éliminer la pauvreté, dans le contexte agricole. Si les femmes avaient le même accès aux semences, aux équipements, à la terre, etc., le nombre de personnes souffrant de la faim chuterait d’entre 100 et 150 millions. L’indépendance des femmes dans le secteur agricole profite à leurs familles, à leurs communautés et à leurs pays. Dans le sud de l’Afrique, la croissance agricole participe 11 fois plus à l’éradication de la pauvreté que tout autre secteur industriel.

Source: Eruoactiv