Août 2017
L Ma Me J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mercredi, 17 mai 2017

Trois blocs africains commencent le service de rapport sur les barrières commerciales

Un service de messagerie court a été lancé pour signaler les obstacles au commerce dans le Marché commun pour l'Afrique orientale et australe (Comesa), la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC) et la Communauté de développement de l'Afrique australe (Sadc), selon The Herald. Cela complète le système de reporting existant sur le Web. Le système tripartite de notification, de traitement, de suivi et de résolution des obstacles non tarifaires (Bénéfices non tarifaires) est disponible sur www.tradebarriers.org et est entré en service en novembre 2010. L'outil SMS a été lancé pour la première fois en 2013 en Zambie afin de faciliter un éventail diversifié de l'économie Les opérateurs, en particulier les commerçants informels et à petite échelle qui n'ont peut-être pas accès à Internet. Tasara Muzorori, haut responsable du commerce à Comesa, a déclaré qu'il y avait un nombre central auquel les opérateurs économiques dans différents pays pouvaient envoyer les textes pour signaler les obstacles commerciaux qu'ils rencontrent. C'était coûteux pour les opérateurs économiques car il comportait des frais d'itinérance. Il a également été difficile de faire connaître ce nombre central aux acteurs concernés dans chacun des pays, alors que les chiffres étrangers ne s'identifiaient pas aux utilisateurs locaux, a déclaré Muzorori. Cela a conduit à la redéfinition du système SMS, dans lequel chaque pays installe et exploite le péage en utilisant un numéro national central au niveau national auquel des messages sur les obstacles commerciaux peuvent être envoyés, éliminant ainsi les frais d'itinérance. La re-conception de l'outil de reporting SMS a été réalisée avec le soutien du programme de renforcement des capacités tripartite financé par la Banque africaine de développement. Le nouvel outil SMS est hébergé et exploité par les points focaux nationaux dans les différents pays tripartites.

Source: Telecompaper