Août 2017
L Ma Me J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mercredi, 17 mai 2017

Pourquoi les Africains sont-ils moins prospères?

Les Communautés économiques régionales (CER) ont été créées dans le but de recueillir toutes les opportunités sur le terrain et de stimuler le commerce et l'investissement en Afrique. Pourtant, le commerce intra-africain est évalué à 12 pour cent. Ce chiffre, cependant, reste nain par rapport aux autres continents, tels que l'Amérique du Nord et l'Europe occidentale, qui se situent respectivement à 40% et à 60%. Le président de la Chambre de commerce éthiopienne et des associations sectorielles (ECCSA), Salomon Afework, a déclaré à The Ethiopian Herald que l'intégration commerciale régionale était depuis longtemps un objectif stratégique pour l'Afrique. Par conséquent, il a indiqué qu'un certain succès a été enregistré en termes d'élimination des tarifs au sein des CER. Pourtant, une fragmentation du marché et une gamme de barrières non tarifaires et réglementaires tiennent toujours compte de la hausse des coûts de transaction tout en limitant la libre circulation des biens, des services, des personnes et des capitaux à travers les frontières dans toute l'Afrique. Comprenant le rôle de l'intégration dans la promotion du commerce et attirant les fabricants, l'Éthiopie s'est efforcée de faire face aux entrailles grâce à l'alimentation électrique ainsi qu'aux constructions routières et ferroviaires. Bien que la Chambre soit le reflet du monde des affaires, elle encourage les opérateurs commerciaux à rejoindre le secteur manufacturier qui pourrait générer un retour génial au pays et aux opérateurs. La Chambre travaille avec des intervenants pénitent pour façonner le commerce intra-commercial. "Le marché est lucratif, nous devons travailler à la main". Le Directeur exécutif de la Chambre de commerce et d'industrie pan-africaine (PACCI) Kebour Ghenna, pour sa part, a précisé que tous les pays africains font partie d'un bloc commercial et / ou politique, mais le commerce reste encore mince. "Nous produisons essentiellement ce que nous ne consommons pas et ne consommons pas ce que nous produisons". Pour lui, c'est une faiblesse qui frustre souvent les décideurs politiques; Cela complique l'intégration régionale et constitue une raison principale pour le faible commerce intra-régional.

Source: Allafrica