Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 07 juillet 2017

Îles de l'océan Indien, EAC collabore pour améliorer les pratiques de pêche responsable

Les pays des îles de l'océan Indien et de l'Afrique de l'Est se sont réunis pour élaborer des stratégies pour lutter contre la pêche illégale et accroître la responsabilité dans les pratiques halieutiques. Pendant deux jours, des représentants de l'industrie de la pêche, de la société civile, des gouvernements et des administrations de la pêche des Seychelles, des Maurice, des Comores, de Madagascar, de la Tanzanie, du Kenya et du Mozambique se sont rencontrés à l'île de Mahe, aux Seychelles, pour discuter de l'Initiative de la transparence des pêches (FiTI) Initiative mondiale visant à lutter contre la pêche illégale. Les pays africains sont particulièrement vulnérables à la surpêche et à l'épuisement des stocks de poissons en raison de pratiques de pêche opaques et non réglementées tant par les entreprises étrangères que par les communautés locales. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le secteur de la pêche en Afrique emploie plus de 12 millions de personnes. Cependant, l'épuisement des stocks de poissons en Afrique est un facteur majeur de la migration des jeunes vers l'Europe et ailleurs. L'atelier régional FiTI Western Indian a été organisé par le Centre africain des ressources naturelles de la Banque africaine de développement (BAD), le Gouvernement des Seychelles, la Commission de l'océan Indien (CIO) et le Secrétariat international de FiTI. L'événement, qui a eu lieu du 27 au 28 juin, visait à améliorer la compréhension de l'administration des pêches, la transparence dans le secteur et la façon dont FiTI peut générer des avantages pour les communautés et les autres parties prenantes. L'atelier visait également à susciter l'intérêt de la COI et des pays d'Afrique orientale à participer à FiTI et à respecter la norme FiTI. «La transparence est essentielle pour des pratiques de pêche responsables et responsables», a déclaré Jean-Louis Kromer, responsable principal de la gestion des ressources naturelles du Centre africain des ressources naturelles. "

Source: African Development Bank