Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 07 juillet 2017

Les ministres de l'Agriculture exhortés à s'attaquer au chômage des jeunes ruraux africains

L'emploi des jeunes devrait être au centre de toute stratégie pour relever les défis économiques et démographiques en Afrique, a déclaré le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, José Graziano da Silva, lors d'une réunion conjointe Union africaine-Union européenne, organisée au siège de la FAO à Rome . En 2014, environ 11 millions de jeunes Africains sont entrés sur le marché du travail. Mais beaucoup voient peu d'opportunités dans le secteur de l'agriculture et sont contraintes par le manque de compétences, les bas salaires et l'accès limité aux terrains et aux services financiers. Combinés, cela les rend plus enclins à migrer des zones rurales. «Encourager l'agriculture durable et le développement rural est essentiel pour absorber ces millions de jeunes à la recherche d'un emploi», a déclaré Graziano da Silva. "Un monde durable ne peut être atteint qu'avec le plein engagement des jeunes. Ils doivent se sentir intégrés et croire qu'un monde plus pacifique et prospère soit possible". La réunion d'une journée a été organisée conjointement par la Commission de l'Union africaine, la Commission européenne et la Présidence estonienne du Conseil de l'UE et a réuni les Ministres de l'agriculture de l'Union africaine et de l'Union européenne. L'objectif était de construire une vision commune sur la manière de générer des emplois durables et inclusifs pour les jeunes africains dans le secteur rural. Le Directeur général a défini cinq étapes pour engager les jeunes dans l'agriculture et le développement rural. Tout d'abord, renforcer la participation et le leadership des jeunes dans les organisations de producteurs et d'autres institutions rurales afin de leur permettre de s'engager dans un dialogue sur les politiques. Deuxièmement, stimuler les investissements du secteur privé pour créer un secteur agricole moderne et dynamique et des chaînes de valeur, et pour construire l'infrastructure nécessaire aux investissements agricoles. Troisièmement, fournir aux zones rurales de meilleurs services tels que l'électricité, l'éducation et la santé. La quatrième étape consiste à renforcer les liens physiques, économiques, sociaux et politiques entre les petits centres urbains et leurs zones rurales environnantes.

Source: Relief Web