Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 07 juillet 2017

L'UA vise à mettre en place un plan de libre-échange d'ici la fin de 2017

Un plan visant à créer un seul marché continental pour les biens et services en Afrique serait mis en œuvre d'ici la fin de cette année, a déclaré Albert M. Muchunga, délégué du commerce et de l'industrie de l'Union africaine. "... Les négociations se déplacent dans la bonne direction et au rythme désiré. Nous sommes sur le point de livrer la zone de libre-échange continentale (CFTA) d'ici décembre de cette année ", a déclaré Muchunga aux journalistes en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères avant le sommet des leaders de l'Union africaine de lundi. Selon Muchunga, le commerce actuellement intra-africain représente 14 pour cent de toutes les transactions et il y avait un plan pour doubler les chiffres d'ici 2021. "L'ACFC réunira 54 pays africains avec une population combinée de plus d'un milliard et une masse brute nationale combinée Produit de plus de 3 billions de dollars ", a déclaré une publication de l'Union africaine. La première phase des négociations de la CFTA mettrait l'accent sur le commerce des biens et le commerce des services tandis que la deuxième phase porterait sur la concurrence, les investissements et les droits de propriété intellectuelle. Tout le monde ne s'est pas abonné à l'idée de créer une zone de marché libre à l'échelle du continent car il reste des problèmes sérieux non résolus. Lorsqu'on a demandé dans quelle mesure le manque de convertibilité de la monnaie aurait un impact sur la mise en œuvre du plan, Muchunga a déclaré: "Convertibility of currency is a Objectif à long terme de l'ACFC ". Selon lui, la première étape consiste à démanteler les barrières tarifaires et non tarifaires sur l'ensemble du continent, ce qui devrait finalement motiver le commerce intra-africain. Le CFTA est l'un des nombreux éléments de l'ordre du jour que les dirigeants délibéreront. Les dirigeants entendront un rapport d'étape sur la question à présenter par Mahamadou Issoufou, président du Niger. Le Sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine de cette année prendra également les questions épineuses de la sécurité, des conflits armés, du terrorisme et de l'extrémisme violent.

Source: Anadolu Agency