Septembre 2017
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 13 juillet 2017

Les coûts des aliments liés au pouvoir concurrentiel en Afrique

Les coûts des ingrédients de la volaille dépendent fortement de la production du pays. En conséquence, ces coûts déterminent fortement le pouvoir concurrentiel des chaînes nationales de volailles en Afrique de l'Est. Ceci est conclu dans une étude menée par WLR en collaboration avec le Netherlands Business Council (NABC). L'étude montre comment les chaînes de volailles au Kenya, en Ouganda, au Rwanda et en Tanzanie dépendent de plus en plus des développements dans leurs pays voisins. Les résultats du projet «Développement de la volaille en Afrique, une perspective régionale» ont été présentés dans l'événement africain du Dutch Poultry Centre. Les prix des aliments pour animaux sont les plus bas dans les pays qui sont capables de produire localement les principaux ingrédients alimentaires (principalement le maïs). C'est pourquoi le prix de la viande de volaille en Tanzanie ne fait que réduire de moitié le prix de la volaille kenyane, tandis que les prix au Rwanda et au Burundi sont même supérieurs au Kenya de 30 à 50%. Pour leur développement, les chaînes de volailles dépendent a.o. Sur la fourniture d'ingrédients alimentaires et de poussins d'une journée, sur les aspects vétérinaires, la législation environnementale et les marchés locaux et transfrontaliers formels et informels. Par exemple, le Kenya possède un secteur de volaille bien développé, mais pas suffisamment de terres arables pour produire tous les aliments nécessaires. En outre, une grande partie est située sur des sols marginaux dans des zones semi-arides avec seulement des rendements limités. Par conséquent, l'ingrédient principal, le maïs, doit provenir de l'Ouganda et de la Tanzanie. Avec 10 millions d'hectares de terres arables, la Tanzanie est potentiellement le plus grand fournisseur de maïs dans la région (l'Ouganda compte 9 M, Kenya 6 M et Rwanda 1,8 M). Cependant, pour les six derniers mois, la Tanzanie a fermé ses frontières pour les exportations de maïs vers le Kenya, afin de restaurer sa réserve nationale stratégique de maïs. L'étude est une première étape vers une comparaison du pouvoir concurrentiel de la production avicole entre les pays africains.

Source: Allaboutfeed