Octobre 2017
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 12 octobre 2017

L’agriculture africaine dans la tenaille libre-échangiste

Pour la première fois depuis dix ans, la famine ne recule plus dans le monde, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Ce désastre s’explique pour partie par le changement climatique et par les conflits armés. Il vient également des accords de libre-échange, qui imposent une ouverture des frontières déstabilisant les agricultures locales. Le vent du libre-échange souffle de plus belle sur le continent noir. D’un côté, l’Union européenne accroît sa pression sur les capitales africaines pour finaliser la signature d’accords de partenariat économique (APE) et en finir avec les préférences commerciales non réciproques : pour conserver l’exemption des droits de douane sur leurs exportations vers l’Europe, les Africains devront supprimer 80 % de ceux qui s’appliquent aux importations en provenance du Marché commun. De l’autre, l’Union africaine lance les négociations en vue de créer une zone de libre-échange continentale (ZLEC). À Niamey (Niger), le 16 juin 2017, les ministres du commerce africains ont d’ores et déjà décidé de supprimer à terme 90 % des droits de douane entre les pays du continent.

Source: Le Monde diplomatique