Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Tirer les leçons des APE pour documenter l’accord post-Cotonou
Décembre 2019
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mardi, 24 avril 2018

Tirer les leçons des APE pour documenter l’accord post-Cotonou

M. Tetteh Hormeku, responsable des programmes à Third World Network, a conseillé aux gouvernements des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) d'utiliser les enseignements tirés des accords de partenariat économique (APE) pour élaborer un éventuel cadre post-Cotonou. Il a déclaré qu’un futur accord post-Cotonou serait aussi « pourri » et défavorable que les APE pour les pays ACP si ces derniers ne tiraient pas les leçons des accords de partenariat économique. C’est ce qu’a affirmé M. Hormeku lors de l’ouverture d’un séminaire de consultation de la société civile sur l'accord post-Cotonou, qui s’est tenu pendant deux jours à Accra. L'Accord de partenariat de Cotonou, signé en 2000, est un cadre régissant la coopération entre l'Union européenne et le Groupe des États ACP. Il est entré en vigueur en 2003 et a été conclu pour une période de 20 ans. Ce séminaire avait pour but de préparer la participation des organisations de la société civile des pays ACP au processus post-Cotonou, d’en influencer la teneur et d’analyser les principaux enseignements de la mise en œuvre de l’accord de Cotonou. M. Tetteh Hormeku a déclaré que le travail de plaidoyer mené pendant plusieurs années autour des APE a montré que les pays ACP avaient été lésés lors des négociations et que l’APE signé entre l’UE et le Ghana avait eu un impact défavorable sur l’économie ghanéenne. Le responsable des programmes a ajouté que cet accord a également nui au programme d'industrialisation de l'Afrique et, en introduisant des normes strictes, des obstacles techniques au commerce et d’autres conditions commerciales désavantageuses, limité l’accès des produits africains au marché européen.

Source: Ghana Business News