Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
La banque de l’UE en Afrique élargit son action
Décembre 2018
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 28 septembre 2018

La banque de l’UE en Afrique élargit son action

Que le plan de Jean-Claude Juncker d’élaborer un « partenariat d’égal à égal » entre l’UE et l’Afrique devienne bientôt une réalité ou non, la Banque européenne d’investissement, basée au Luxembourg, jouera un rôle de plus en plus important sur le continent africain. Le plan d’investissement extérieur (PIE) entend mobiliser 44 milliards d’euros d’investissements, principalement en Afrique, d’ici 2020 – promesse qui pourrait désormais être revue à la hausse à la suite du discours sur l’État de l’Union de M. Juncker la semaine dernière. Depuis quelques années, la BEI élargit progressivement ses opérations en Afrique de l’Est. Elle a ainsi ouvert un bureau à Addis-Abeba, en Éthiopie, en plus de son bureau de longue date au Kenya. Alors que la plupart des discussions à Bruxelles sont axées sur la quantité de fonds disponibles, il ne s’agit en réalité pas uniquement d’avoir plus d’argent à prêter, mais plutôt d’avoir les moyens de le prêter, explique Catherine Collin, responsable du bureau est-africain de la BEI, à EURACTIV. « Dans la région de l’Afrique de l’Est, nous avons financé des projets à hauteur d’un peu plus de 400 millions d’euros en 2017, contre 100 millions d’euros l’année précédente », indique Mme Collin, soulignant que la vaste majorité des activités de la banque se déroulent dans l’Union. Mme Collin précise que les difficultés politiques nationales sont le principal frein au financement. « L’un des problèmes auxquels nous sommes confrontés dans la région, et en Afrique subsaharienne en général, est la très faible capacité d’absorption de l’État », déplore-t-elle. « Cela varie mais, l’année passée, nous avons signé une douzaine d’accords, ce qui est assez exceptionnel. Si nous arrivions à en conclure cinq ou six par an en moyenne, ce serait bien pour la région. Mais si nous parvenions à en signer plus, ce serait encore mieux », ajoute-t-elle.

Source: euractiv.com