Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Migration: C.Lopes, représentant du Post Cotonou à l' UA s'exprime
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 18 octobre 2018

Migration: C.Lopes, représentant du Post Cotonou à l' UA s'exprime

Le discours contemporain sur la migration est devenu émotionnel et dépourvu de rationalité. Il laisse croire dans les pays vieillissants que les mouvements de population à travers le monde auront un effet négatif sur eux. Le coût financier de la réception des migrants et de leur intégration est parmi les arguments souvent avancés pour justifier des politiques visant à limiter les flux migratoires– y compris la migration légale. Actuellement, 3.4% de la population mondiale vit dans un autre pays que le pays d’origine. Entre 2000 et 2017, une augmentation de 49% des mouvements a été enregistrée – et cette hausse ne ralentira pas de sitôt pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que la moitié de ces mouvements a été enregistrée dans les pays du nord. C’est le reflet d’une grande mobilité facilité par les traités qui existent entre eux. C’est vrai que les pays dits du sud comptent pour l’autre moitié mais par rapport à leur poids démographique ce sont des chiffres relativement modestes. Il convient de souligner en plus que la migration est surtout intra régionale: en Afrique et en Asie, 80% des migrants sont nés dans la région où ils résident tandis que deux tiers des migrants en Europe sont nés dans un pays européen. Ce constat interpelle deux questions sensiblement différentes : la première a trait à la gestion de la migration intra régionale et la seconde à la migration inter régionale. En effet, concernant les migrations intra régionales en Afrique, hormis l’Afrique du Nord, les autres régions d’Afrique enregistrent d’importants flux migratoires intra régionaux. Les citoyens des pays d’Afrique australe préfèrent rester dans leur voisinage, et ainsi de suite pour presque toutes les sous-régions africaines. Souvent ces migrants font face à des difficultés dans les pays d’accueil africains.

Soucre: financialafrik.com