Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Rapport AidWatch 2018 de CONCORD : Analyse de l'aide de l'UE
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 25 octobre 2018

Rapport AidWatch 2018 de CONCORD : Analyse de l'aide de l'UE

Pour la première fois depuis 2012, les dépenses d'aide de l'UE ont diminué en 2017. En d’autres termes, si ces dépenses se maintiennent au niveau actuel, il faudra à l’UE 40 années supplémentaires pour que la part de l’APD dans le RNB de l’UE atteigne 0,7 %, conformément à l’objectif fixé et aux engagements pris. Le rapport AidWatch 2018 de CONCORD épingle aussi d’autres problèmes. Ainsi, si l'UE reste le premier bailleur d’aide au développement au monde, l’aide qu’elle alloue au développement a diminué de 4 % par rapport à 2016, tandis que « l’aide gonflée » représentait toujours 19 % du budget total de l’UE en 2017. La diminution de l’aide affectée au développement par l’UE est fortement corrélée à la diminution des dépenses d’aide aux réfugiés dans les pays d’accueil et de celles liés à l’allègement de la dette, prises en compte dans l’APD, qui ont chuté de respectivement 10 % et 82 % par rapport à l'année précédente : « D’une part, nous déplorons le désengagement de l'UE et de ses États membres, qui ne garantissent plus une aide suffisante et ne respectent pas leurs engagements. D’autre part, nous regrettons que les niveaux de l'aide de l'UE intègrent l’aide gonflée, une tendance inquiétante qui a été confirmée en 2017. Depuis plusieurs années, la lutte anti-migratoire, la titrisation et les investissements du secteur privé dans les pays donateurs remplacent en effet les efforts visant à atteindre les objectifs de développement, gonflant progressivement les niveaux d’aide pris en compte dans l’APD. L’UE consacre donc de moins en moins de ressources à l'éradication de la pauvreté et au développement durable au niveau mondial, » explique Luca De Fraia, expert CONCORD pour ActionAid Italie. L'année dernière, seuls quatre États membres de l'UE ont dépassé l'engagement de 0,7 % : le Danemark, le Luxembourg, la Suède et le Royaume-Uni. L'Allemagne ne fait plus partie des « bons élèves » et ce à la suite de la diminution de 0,04 % des montants affectés à la prise en charge des réfugiés à l’intérieur de ses frontières. Aujourd'hui encore, 25 % de l’aide comptabilisée par l’Allemagne au titre de l’APD ne quitte pas le pays. En ce qui concerne les flux totaux d’aide dans l’UE, les coupes les plus sombres concernent l’Espagne, les institutions européennes, l'Autriche et la Hongrie. Il convient cependant de souligner que les flux totaux d’aide aux pays les moins avancés (PMA) ont augmenté de 4 % par rapport à l'année dernière. Et pour la première fois depuis 2013, cette aide a ainsi représenté 0,11 % du RNB de l'UE en 2017.

Source: CONCORD