Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Impact des APE sur le continent africain
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mardi, 01 septembre 2009

Impact des APE sur le continent africain

Les Européens renforcent la pression sur les pays africains pour signer l’Accord de partenariat économique controversé (APE). Mais les experts le déconseillent. Ils déclarent qu’il favorise l’Europe seule et qu’une évolution interne devrait permettre le développement économique en Afrique. Mais les nouvelles qui filtrent à l’extérieur indiquent que le sous-continent d’Afrique de l’ouest est sur le point de signer l’accord. M. Badejo Abikoye, directeur du commerce au ministère du commerce et de l’industrie du Nigeria a déclaré au Daily Trust que les négociations se poursuivent et que toutes les parties ont accepté de signer un accord « partiel » qui ne porte que sur le commerce des produits. Bien qu’il semble que le Nigeria ait rejeté l’APE, le directeur du commerce a néanmoins déclaré qu’il n’avait d’autre choix que d’accepter et de signer l’accord. Mais les experts le déconseillent, arguant que cela ne ferait que renforcer le sous-développement de la région. Les experts qui ont parlé au Daily Trust disent que l’idée est obsolète car les pays d’Afrique ont besoin d’investisseurs qui investissent dans l’énergie/l’électricité et non le tabac ; l’infrastructure et non l’APE, le secteur manufacturier et non les importations. L’Afrique, disent-ils, a besoin d’investisseurs qui favorisent l’industrialisation du continent. Ils s’appuient sur le fait que les produits africains ne peuvent être compétitifs sur le marché européen en raison de leur mauvaise qualité. Ils considèrent également que le continent n’a pas su profiter au maximum des avantages découlant de la politique économique américaine de l’African Growth Opportunity Act (AGOA).
Source: allafrica.com