Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Le débat sur la PAC post-2013 est lancé
Août 2019
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 15 avril 2010

Le débat sur la PAC post-2013 est lancé

Un projet de rapport du Parlement européen prend position en faveur d'une PAC doté d'un budget conséquent. Le texte est en revanche peu précis sur la régulation. Les eurodéputés de la commission Agriculture ont examiné pour la première fois, lundi 12 avril, un projet de rapport sur l’avenir de la politique agricole commune. Cette audition marque l’ouverture des longues discussions sur la PAC post-2013. Ce rapport, écrit par le libéral britannique George Lyon, prend position pour une PAC forte, maintenue sur « tout le territoire européen » et doté d’un important budget. Le texte développe cinq « axes prioritaires »: la sécurité de l’approvisionnement alimentaire et le commerce équitable, la durabilité, l’agriculture dans toute l’Europe, la préservation de la biodiversité et la protection de l’environnement, et enfin la croissance verte. Le texte souligne notamment que « la sécurité de l’approvisionnement alimentaire reste le défi central de l’agriculture européenne », dans un contexte de croissance de la population mondiale. « La PAC doit répondre immédiatement aux effets de la crise économique sur les entreprises agricoles, tels que le manque d’accès au crédit pour les agriculteurs, les pressions exercées sur les revenus agricole et la hausse du chômage dans les zones rurales », peut-on également lire dans le document. En revanche, il reste assez peu précis sur la mise en place d’instruments de régulation. Mais il affirme tout de même qu’il « convient de mettre en place un filet de sécurité minimal dans le cadre de la future PAC afin de gérer la volatilité extrême des prix sur les marchés ».

Source: Euractiv