Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Le Conseil définit la position de l’UE pour Busan
Juin 2019
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 17 novembre 2011

Le Conseil définit la position de l’UE pour Busan

Appropriation et responsabilité des résultats, ce sont les deux aspects principaux que l’UE veut accentuer lors du 4ème Forum à Haut Niveau sur l’Efficacité de l’Aide qui se tient à Busan, Corée du Sud, du 29 novembre au 1 Décembre. Le Conseil des affaires étrangères a définit la position de l’UE à ce forum après que la Commission avait publié une communication sur le sujet et le Parlement européen avait donné son avis dans une résolution.

Les ministres des affaires étrangères ont souligné que la performance de l’UE est au-dessus de la moyenne dans l’implémentation des engagements qu’elle a promis dans la déclaration de Paris et l’agenda d’action d’Accra, mais que le progrès n’était pas encore suffisant. Alors qu’il y avait du progrès par rapport à l’appropriation des projets de développement par les pays en voie de développement, les résultats sont moins satisfaisant en ce qui concerne la responsabilité des résultats et la gestion de l’aide. Les ministres ont reconnu que l’UE a montré trop peu de succès dans l’alignement, la prévisibilité et l’usage des approches au développeement basés sur des programmes. Pour réduire la fragmentation de l’aide, la Commission européenne a récemment publié l’atlas des bailleurs de fonds de l’UE pour 2011 qui rend les initiatives de développement de l’UE plus transparentes. Dans leur position pour Busan, les ministres des affaires étrangères s’engagent aussi à établir une garantie européenne de transparence pour accroître la responsabilité et la prévisibilité. Ils estiment en outre qu’il est important de renforcer les mécanismes de responsabilité et de transparence dans les gouvernements des pays en voie de développement et soulignent aussi que le cadre pour la responsabilité mutuelle et l’alignement des programmes de développement avec les priorités politiques des pays devrait être posé par les pays en voie de développement eux-mêmes.

En ce qui concerne le financement de développement, le Conseil propose d’accroître les partenariats privés-publics et de donner un rôle plus important à des initiatives privées. Les ministres appellent au secteur privé d’assumer un rôle actif dans la coopération au développement à travers la promotion des innovations conjointes, et à travers des modèles inclusifs de business et des pratiques de responsabilité sociale des entreprises. Le Conseil recommande aussi la création d’un environnement qui stimule le développement du secteur privé dans les pays en voie de développement et propose des instruments innovateurs de finance ainsi que des approches qui mêlent des subventions et des prêts.

Source: CTA