Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Busan: Un partenariat mondial sur l’aide mais pas d’engagements concrets
Juillet 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 02 décembre 2011

Busan: Un partenariat mondial sur l’aide mais pas d’engagements concrets

Après trois jours de discussions à Busan, les bailleurs de fonds et les pays récepteurs ont établi un nouveau partenariat mondial de l’aide. Le but de la déclaration finale est de trouver des voies plus efficaces pour attribuer du financement au développement. Les ONG, par contre, se sont plaints que la déclaration représentait juste une feuille de route sans des engagements concrets.

Le 4ème forum sur l’efficacité de l’aide en Corée du Sud a rassemblé des fonctionnaires et des hommes politiques provenant de plus que 160 pays différents. Après des jours de débat, un document de 12 pages définit les principes pour un partenariat mondial. Le document, toutefois, n’impose pas de contraintes politiques bien que beaucoup de participants l’aient souhaité.

L’UE s’est rendue à Busan avec le désir de renforcer l’appropriation et la responsabilité des résultats des pays en voie de développement, mais elle n’a pas impressionné les Verts européens et les organisations de la société civile.

Les organisations de la société civile ont pour la première fois participé à ce forum de haut niveau, et ont utilisé cette opportunité pour critiquer l’Union européenne. Selon Justin Kilcullen, président de Concord, la fédération des ONG européennes de développement, l’UE paraissait comme un fantôme au sommet de Busan : « Malgré une contribution de 53 milliards d’euro chaque année, l’UE a permis à d’autres acteurs de lasser l’accord sur la réforme de l’aide mondiale pour des raisons de leur agenda politique. »

Kilcullen a ajouté que davantage d’effort est nécessaire, même s’il concède que le commissaire européen au développement, Andris Piebalgs et quelques Eetats membres se soucient de l’éradication de la pauvreté.

Source: CTA