Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Actualités ACP-EU: la clause de la NPF, le PE, et l’Afrique du Sud
Juin 2019
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Lundi, 14 mai 2012

Actualités ACP-EU: la clause de la NPF, le PE, et l’Afrique du Sud

Malgré ses critiques continues contre l’UE et les APE, Benjamin William Mkapa, l’ancien Président tanzanien  a souligné que l’on observe une certaine sympathie de la part de l’UE pour les inquiétudes de l’Afrique puisque les comités du Parlement européen sur le développement (DEVE) et le commerce international (INTA) ont récemment élaboré des propositions rejetant la proposition d’amendement au Règlement 1528/2007, qui prévoit un accès au marché de l’UE sans taxes et sans quotas.  Le comité du DEVE a affirmé dans un projet de proposition en avril 2012 « que le contenu qui doit prendre en considération les intérêts des deux parties et répondre à leurs inquiétudes devrait mener l’issue des négociations ». Le comité du DEVE a accepté, trouvant dès lors « les conditions inacceptables » dans les accords, que le Règlement 1528/2007 soit maintenu. De la même façon, deux semaines après l’annonce de la position de DEVE, le comité de l’INTA a suggéré une prolongation du délai pour l’amendement proposé par l’UE du 1er janvier 2014 à 2016 en arguant que « les négociations commerciales bilatérales et multilatérales sont complexes de nature et ne peuvent que très rarement se conclure dans des délais fixés de façon rigide ».
Toutefois, aux débats sur les négociations autour de l’APE avec la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) s’est ajouté l’exigence de l’UE d’une clause de la nation la plus favorisée (NPF) aux accords. A cet égard,  le quotidien The East African a indiqué que l’Union vise à empêcher le bloc de conclure des accords avec les économies émergentes, en particulier avec la Chine et l’Inde puisque cela requérait que l’extension de l’EAC à l’UE lui garantisse les même préférences que celles accordées aux parties tierces.
Des questions importantes ont été traitées au Parlement européen. Notamment, les dépenses du budget de la Commission européenne pour 2010, ont été approuvés conformément à la procédure de décharge budgétaire. Egalement, les députées ont approuvé la gestion financière de la plupart des autres institutions et agences, et notamment celle du Fonds européen de développement (FED), qui est l'instrument principal de l'aide communautaire à la coopération au développement aux États ACP.
En outre, la semaine dernière des questions liées  à l’Afrique du Sud ont fait la une. A l’occasion de la 7ème Commission binationale Afrique du Sud/Allemagne qui s’est tenue à Berlin, le vice-président Kgalema Motlanthe a appelé l’Allemagne à investir dans le mouvement de développement massif des infrastructures en Afrique du Sud. « Nous ciblons un large éventail d’infrastructures, dont les transports (routes, rail, ports), l’eau et les télécommunications. Nous appelons ainsi le gouvernement allemand à coopérer pleinement à cette initiative importante », a déclaré M. Motlanthe dans son allocution d’ouverture.  Egalement,  nous avons vu que le président sud-africain Jacob Zuma a félicité François Hollande après son élection à la présidence de la République française, y voyant une occasion de consolider les relations commerciales bilatérales entre les deux pays.« Au nom du gouvernement et du peuple d’Afrique du Sud, je profite de cette occasion pour adresser mes félicitations à François Hollande et au peuple français pour cette élection réussie », a-t-il déclaré.
L’antenne bruxelloise du CTA a particulièrement informé sur le soutien de l’UE  pour le développement agricole au Rwanda. Suite à l’entrevue entre M. John Rwangombwa, ministre rwandais des Finances, et M. Michel Arrion, chef de la délégation de la Commission européenne au Rwanda, l’UE accordera une aide de 89 millions d’euros au Rwanda pour financer des projets de développement agricole en vue notamment d’améliorer la production alimentaire dans le pays.Enfin, nous avons également informé sur la modernisation des instruments de défense commerciale, le soutien  de l’UE au projet de développement de la CEDEAO, ou l’objectif des acteurs du secteur des fruits et légumes du Sénégal d’ici à 2015, visant à diminuer de moitié le volume des importations.

Source: CTA