Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Actualités ACP-UE: un APE intérimaire, l'Ouganda et la PAC
Décembre 2019
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Lundi, 21 mai 2012

Actualités ACP-UE: un APE intérimaire, l'Ouganda et la PAC

Même si ces derniers mois, les quelques réserves émises quant à la politique étrangère de l’UE ont fait la une, la dernière semaine des informations ont présenté des critiques sur un ton plus positif. Suite aux réunions,  l'accord de commerce et de développement, un APE intérimaire,  conclu par l’UE et quatre États d’Afrique orientale et australe, à savoir Maurice, Madagascar, les Seychelles et le Zimbabwe, a pris effet. Ces quatre pays vont progressivement ouvrir leurs marchés aux exportations européennes au cours des quinze prochaines années, avec des exceptions pour certains produits considérés comme sensibles.  A cet égard, Karel De Gucht, commissaire européen chargé du commerce déclare : «Il s’agit d’une excellente chose et je félicite l’ensemble des négociateurs et des collègues pour les efforts qu’ils ont déployés. Avec cet accord commercial, nous espérons accompagner le développement de nos partenaires d’Afrique orientale et australe et offrir des perspectives d’échanges durables et plus intéressantes.»
Egalement, quelques bonnes nouvelles qui méritent notre attention,  font référence au Guyana et aux îles Salomon. Premièrement, les parlementaires du Guyana ont unanimement approuvé une motion autorisant la ratification de l’accord de partenariat économique. Le Guyana rejoint ainsi les autres pays ayant déjà ratifié l’accord (Antigua-et-Barbuda, Belize, la Dominique et la République dominicaine). Jusqu’à présent, le CARIFORUM est la seule région à avoir conclu un APE complet avec l’Union européenne.
En deuxième lieu, rappelant le rôle de l’UE en tant que « moteur de développement », M. Gordon Darcy Lilo, Premier ministre des îles Salomon, a expliqué que l’UE demeurerait un partenaire majeur. Il a également noté que, dans le cadre des arrangements prévus par l’Accord de Cotonou, les îles Salomon recevaient déjà une assistance substantielle dans des domaines de développement importants, tels que l’agriculture et le changement climatique.
L’Ouganda a notamment attiré l’attention de la communauté de développement.  Afin de trouver les moyens de mettre en œuvre une nouvelle approche en matière de coopération au développement, et conformément à la communication récente de la Commission européenne intitulée « Programme pour le changement », des rencontres ont eu lieu la semaine dernière entre la délégation de l’UE en Ouganda et des représentants de l’Afrique de l’Est. Les négociations ont également eu pour but de préparer l’exercice de programmation du 11ème FED (Fonds européen de développement). L’Ouganda doit répondre à des besoins croissants dans les domaines de l’énergie, de l’eau et de l’assainissement, des transports et des communications. Comme le souligne la délégation de l’UE, les aides européennes, avec des prêts accordés par différentes institutions financières, y compris des banques et des investisseurs privés, peuvent contribuer à améliorer l’efficacité en termes de développement des infrastructures. Cette nouvelle approche permettrait de réformer le Fonds fiduciaire actuel UE-Afrique pour les infrastructures ainsi que favoriser le développement rural.
Des discussions clés ont été tenues au Conseil de l’UE. Les ministres ont rediscuté des mesures d'écologisation dans le cadre de la réforme de la politique agricole commune (PAC) de l'UE. Notamment, le Conseil Agriculture et pêche a procédé à des échanges de vues sur des efforts à entreprendre pour encourager les agriculteurs européens à adopter des pratiques plus écologiques. Le débat a principalement porté sur trois grandes mesures d'écologisation présentées par la Commission: Augmenter la diversité des cultures ; créer et maintenir des pâturages permanents ; et préserver les zones et les paysages naturels. En outre, ils ont ont tenu deux débats publics dans le cadre de la reforme de la politique commune de la pêche (PCP).
Remarquablement,  les ministres ont été informes par la délégation polonaise des conséquences de l'arrêt de la pêche pour les navires de l'UE dans les eaux mauritaniennes. Plusieurs Etats membres ont apporté leur soutien à la demande adressée par la Pologne à la Commission pour qu'elle intervienne et sorte les négociations avec la Mauritanie de l'impasse dans laquelle elles se trouvent, rappelant l'importance considérable que revêt cet accord de partenariat pour la flotte de pêche de l'UE. Cette décision a été prise par la Commission parce que le quota annuel de l'UE pour cette zone est presque épuisé. La fermeture touche les chalutiers-congélateurs couverts par l'accord de partenariat dans le secteur de la pêche entre l'UE et la Mauritanie et pêchant principalement des espèces pélagiques telles que la sardine, la sardinelle et le maquereau.

  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer