Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
UE : Nouveau rapport sur les priorités de développement de l'après 2015
Juillet 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mercredi, 17 avril 2013

UE : Nouveau rapport sur les priorités de développement de l'après 2015

Le nouveau rapport européen sur le développement (RED) qui s'interroge sur la meilleure manière, pour la communauté internationale, de soutenir les efforts de développement déployés par les pays les plus pauvres a été publié le 9 Avril 2013.
Le RED 2013, intitulé «L'après 2015: agir au niveau mondial pour un avenir inclusif et durable», arrive un peu plus d'un mois après la publication, par l'Union européenne, de sa proposition de cadre de développement portant sur la période postérieure à l'arrivée à échéance, en 2015, des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) – cette proposition est illustrée dans la communication de la Commission: «Une vie décente pour tous: éradiquer la pauvreté et offrir au monde un avenir durable». L'initiative du RED est financée par la Commission européenne et sept États membres de l'Union européenne (Finlande, France, Allemagne, Luxembourg, Espagne, Suède et Royaume-Uni). Le RED est un rapport indépendant qui ne reflète pas la position officielle de l'Union ou de ses États membres.
Le RED 2013 a été élaboré par une équipe indépendante de chercheurs travaillant pour trois instituts de recherche: l'Overseas Development Institute (ODI - Institut du développement outre-mer), le Deutsches Institut für Entwicklungspolitik (DIE - Institut allemand du développement) et le European Centre for Development Policy Management (ECDPM - Centre européen de gestion des politiques de développement). Quatre études de cas menées par des instituts de recherche locaux en Côte d’Ivoire (CIRES), au Népal (SAWTEE et Social Science Baha), au Pérou (IEP et Rimisp) et au Rwanda (IPAR) viennent également compléter l'analyse.

Selon le rapport, le programme de l'après 2015 devrait s’appuyer sur les OMD tout en s'efforçant de produire des effets à la mesure de la vision plus large de la Déclaration du millénaire et de promouvoir un développement inclusif et durable. Dans cette vision, éradiquer la pauvreté reste un objectif essentiel, mais c'est par des stratégies qui s'attaquent aux racines du problème de manière inclusive et durable qu'il sera possible d'y parvenir tout en préservant ce résultat. Pour qu'une telle vision se réalise, il faudra aller à la fois «au-delà des OMD» et «au-delà de l'aide».
L'analyse parvient à quatre conclusions clefs concernant un programme de l'après 2015:
•    il est crucial de définir un programme générateur de changement, c'est-à-dire un programme qui mette l'accent sur les transformations économiques et sociales structurelles, crée de l'emploi, s'attaque aux inégalités et trouve des solutions durables;
•    il est essentiel que les pays en développement se l'approprient: dans le nouveau cadre, une attention accrue devrait être accordée aux interactions entre les objectifs mondiaux et les besoins et objectifs nationaux;
•    l'action collective mondiale doit s'intensifier; il est urgent d'amplifier, au moyen de politiques publiques mondiales, l'action collective internationale. Les pays les plus riches devraient renforcer leur action dans des domaines qui sont importants pour le développement, améliorer la cohérence des politiques pour le développement, et augmenter à la fois le volume et l'efficacité de l'aide;
•    un nouveau cadre devrait définir les instruments tout autant que les objectifs: il faut que les instruments à utiliser et les objectifs qu'ils visent soient indiqués clairement.

Source : Commission Européenne