Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 15 janvier 2016

Sécheresse: l’UE double l’aide accordée à la PNG

La sécheresse et le gel dus au phénomène climatique El Niño ont entraîné de graves pénuries d’eau et de nourriture dans les hautes terres de Papouasie Nouvelle-Guinée, incitant la Commission européenne à doubler l’aide apportée à cette nation insulaire du Pacifique. Le réchauffement de l’océan Pacifique causé par El Niño provoque la sécheresse ainsi que d’autres conditions météorologiques extrêmes, qui touchent des millions de personnes dans différentes régions du monde. Le premier ministre Peter O’Neill a annoncé en août qu’El Niño était susceptible d’entraîner la pire sécheresse enregistrée depuis 20 ans en Papouasie Nouvelle-Guinée, qui compte plus de sept millions d’habitants dépendant majoritairement de leurs propres cultures pour se nourrir. D’après le gouvernement papouasien, trois individus sur sept sont touchés par la sécheresse dans le pays. Par ailleurs, selon le service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (ECHO), plus de 400 000 personnes souffrent de graves pénuries de nourriture en raison de mauvaises récoltes. « Pour se nourrir, les habitants font généralement pousser dans leur jardin des patates douces toute l’année, mais ils ont désormais tout perdu », a déclaré Bernard Jaspers Faijer, coordinateur « réaction rapide » d’ECHO pour l’Asie-Pacifique, qui s’est rendu en Papouasie Nouvelle-Guinée plus tôt ce mois-ci. « Dans l’un des districts, la nourriture manque car les récoltes des jardins des habitants ont été détruites et leurs réserves sont vides. » Il a expliqué à la fondation Thomson Reuters qu’à certains endroits, les habitants sont contraints de marcher jusqu’à trois heures pour aller chercher de l’eau, car les ruisseaux et les cours d’eau sont à sec. En outre, ECHO alloue déjà une aide à hauteur de 630 000 euros à la Papouasie Nouvelle-Guinée, et va fournir 650 000 euros supplémentaires pour l’aide alimentaire et pour soutenir des projets visant à améliorer l’approvisionnement en eau, comme notamment creuser des puits destinés à un usage public. Les nouveaux projets devraient démarrer à la mi-janvier et s’achever fin 2016, a-t-il ajouté : « Nous concentrerons nos efforts sur les hôpitaux, les cliniques et les écoles, afin que ces établissements puissent poursuivre leurs activités. À certains endroits, les hôpitaux font face à de grandes difficultés et n’ont d’autre choix que de faire venir de l’eau par camion ».

Source: Jakarta Globe