Mai 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mercredi, 23 mars 2016

La Coopération belge au développement distinguée par l’Association des cafés fins africains (AFCA)

L'organisation Vredeseilanden (dont le pendant francophone est Îles de paix) et la Coopération belge au développement engrangent actuellement – et plus rapidement que prévu – des résultats remarquables dans la filière du café en République démocratique du Congo (RDC). La Belgique finance le programme 2014-2016 de Vredeseilanden au Congo. Ce programme soutient les producteurs de café et les coopératives dans la région des Grands Lacs, ravagée par d'interminables conflits armés. Or, la fragilisation de la région a fait plonger le prix de vente des récoltes. Les producteurs sont dépendants des intermédiaires qui commercialisent leur café sans y ajouter une quelconque plus-value en termes de service, se bornant à leur consentir des crédits à des taux usuraires. Le volume de café exporté par les canaux officiels a chuté au dixième de la capacité. En outre, le café congolais a perdu sa bonne réputation et les producteurs de café de qualité, privés d'un accès direct au marché international, ne récoltent pas suffisamment le fruit de leurs efforts. Dans le cadre de ce programme, Vredeseilanden a notamment installé des micro-stations de lavage dans des coopératives du Nord et Sud-Kivu et en Ituri, et mis en place des procédures devant déboucher sur la production d'un café fin de la plus haute qualité pour l'exportation, de type arabica. L'installation de nouveaux plants a permis d'accroître la productivité. Les variétés les mieux adaptées à la région sont cultivées dans des pépinières et distribuées aux paysans. Des écoles d'agriculture de terrain (« Farmer Field Schools ») permettent le transfert des connaissances des meilleurs producteurs à leurs collègues. La productivité moyenne est plus que doublée grâce à l'introduction de bonnes pratiques agricoles telles que l'utilisation de compost autoproduit (à base de pulpe de café et d'autres matières organiques), la plantation d'arbres parasols et la lutte contre l'érosion. Le café produit dans cette région de la RDC n'a pas encore décroché le label bio, mais la démarche est envisagée. L'obtention de ce label pourrait s'avérer relativement aisée vu la faible utilisation d'intrants chimiques (engrais, herbicides ou pesticides).

Source: Star Africa