pwned?
Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Defterdar | Bir Bilgenin Defteri HDFilmİzle Full HD izle Türkçe Dublaj izle
CEMAC APE : il n'y aura pas d'accord avec l'UE
Juillet 2018
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Lundi, 20 février 2017

CEMAC APE : il n'y aura pas d'accord avec l'UE

Il n’y aura pas d’accord de partenariat économique (APE) entre l’Union Européenne (UE) et les pays membres de la Communauté économique et monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC). L’UE a décidé de mettre un terme au processus de négociation. Après un long processus de négociations qui aura duré plusieurs mois, les Accords de partenariat économique (APE) finissent sans suite concluante pour les pays membres de la Communauté économique et monétaire d’Afrique Centrale (Cemac). La décision émane de l’Union Européenne (UE) et a officiellement été annoncé lors de la 31e Session ordinaire du Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique Centrale (UEAC) qui s’est tenu les 14 et 15 février 2017 en Guinée Equatoriale. Pour Bruxelles, les conditions pour les deux parties de parvenir à un accord sont difficiles et loin d’être réunies. L’UE fait notamment allusion aux réticences des pays membres de la Cemac. En réponse à cette position stagnante, le président de la Commission de la Cemac a fait remarquer dans une lettre que l’UE émet des doutes sur la volonté des pays de la Cemac à parvenir à un accord dans les plus brefs délais. Pour l’UE, « force est de constater aujourd’hui que les progrès accomplis jusqu’à présent sont très peu nombreux, que la liste des questions restant ouvertes est longue, que les points de désaccord sont importants et, par conséquent, que l’issue d’une reprise des négociations est tout à fait incertaine ». En effet, en ce qui concerne le taux d’ouverture du marché de l’Afrique centrale, la clause de non-exécution à celle de la nation la plus favorisée ainsi que la demande d’un engagement additionnel chiffré de l’UE, l’organisme européen ne voyait guère l’évolution de ces points spécifiques.

Source: www.gaboneco.com