pwned?
Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Defterdar | Bir Bilgenin Defteri HDFilmİzle Full HD izle Türkçe Dublaj izle
Mali-UE : €29 millions pour la sécurité et le développement
Juillet 2018
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mardi, 07 mars 2017

Mali-UE : €29 millions pour la sécurité et le développement

L’Union européenne s’engage aux côtés des autorités maliennes, à travers le projet PARSEC Mopti-Gao. Il s’agit d’un Programme d’Appui au Renforcement de la Sécurité dans les 5e et 7e Régions administratives du Mali en proie à une recrudescence des attaques terroristes qui ne visent qu’à saper les efforts du Gouvernement et de la Communauté internationale. Le lancement du programme a été présidé par le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile. C’est à travers une cérémonie déroulée au Département de tutelle. Ce projet est issu des consultations entre le Gouvernement malien et la Délégation de l’Union européenne avec l’appui des missions EUCAP-Sahel-Mali et EUTM-Mali. Ce projet sera mis en œuvre en concertation avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers du Mali ayant pour objectif d’optimiser les synergies et la complémentarité des interventions. L’Ambassadeur de l’Union européenne s’est réjoui du lancement du PARSEC qui est l’un des premiers projets de sécurité financés par le Fonds fiduciaire d’Urgence. Alain Holleville a réitéré l’engagement de l’Union européenne d’accompagner le Mali dans sa Politique nationale de Réformes sécuritaires. Il a aussi rappelé que ce projet pilote interviendra en complémentarité avec d’autres projets axés sur la restauration de la confiance entre les populations et les forces de sécurité et l’amélioration des services sociaux de base dans le Centre et le Nord du Mali. Quant au Ministre Salif Traoré, il fera remarquer que « ce programme entend contribuer aux efforts entrepris pour la stabilisation des Régions du Centre du Mali, en améliorant la sécurité des populations, le contrôle du territoire et la gestion des espaces frontaliers par les services de l’Etat et dans le respect de l’Etat de droit». Aux dires du Ministre, le PARSEC vient, en effet, compléter l’appui apporté par les missions EUCAP Sahel-Mali, l’EUTM et la MINUSMA ainsi que les interventions de l’ensemble des partenaires techniques et financiers dans les domaines de la sécurité intérieure, de la gouvernance et du développement socio-économique qui sont autant de facteurs clés pour la stabilisation et la restauration de l’autorité de l’Etat dans le centre du pays. Le présent projet est mis en œuvre par l’Expertise France (une société spécialisée à des questions de sécurité et de développement), associée à la GIZ et à Civipol. Caroline Huinh Van, la Représentante de Expertise France, a rappelé la volonté de son agence de travailler dans un esprit de coordination et de complémentarité avec les partenaires maliens et internationaux. Cela, tout en faisant preuve de pragmatisme pour le rendre plus opérationnel. Rappelons que ce projet est financé à hauteur de 29 millions d’euros (soit 19 milliards de francs CFA) par l’Union européenne à travers le Fonds fiduciaire d’Urgence. Manière d’œuvrer inlassablement à la stabilité et à la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique. Le projet a été mis en place lors du Sommet de la Valette en novembre 2015. Il s’inscrit dans le cadre de l’approche globale Sahel de l’Union européenne. Ce projet reflète le souhait du Gouvernement malien de renforcer les synergies et la complémentarité des interventions et démontre la capacité de coopération des différentes institutions nationales et internationales au profit des populations maliennes. Le PARSEC s’inscrit dans le cadre des politiques et plans nationaux en matière de sécurité intérieure et de gestion des espaces frontaliers en mettant un accent particulier sur le renforcement des capacités existantes et en favorisant l’interopérabilité entre les composantes des forces de sécurité.

Source: maliactu.net