Septembre 2017
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 15 juin 2017

L'initiative de l'Allemagne sur l'Afrique doit être saisie

La chancelière allemande Angela Merkel doit être applaudie pour avoir placé un nouveau partenariat du G20 avec l'Afrique à l'ordre du jour du prochain Sommet du G20. La conférence qu'elle organise cette semaine à Berlin avec plusieurs dirigeants africains devrait être son premier bloc de construction. En tant qu'africains et investisseurs, nous partageons son point de vue sur le potentiel des nombreuses économies émergentes d'Afrique. Mais il y a de grands risques si nous ne saisissons pas ce potentiel positivement. La population du continent a doublé depuis 1985 et reculera à 2,5 milliards d'ici 2050. Il faut vingt-deux millions de nouveaux emplois chaque année. D'ici 2050, deux sur cinq de la jeunesse mondiale seront africaines, dépassant de 10 à une majorité les jeunes de l'Union européenne. Une grande partie de cette poussée de la population se produit dans des pays qui sont menacés par le crime organisé et les idéologies extrémistes. Les enjeux de la sécurité à long terme de l'Afrique, de l'Europe voisine et de l'ensemble du G20 sont très élevés. Nous devons remédier d'urgence au manque d'investissement dans ce boom de la jeunesse africaine. Une centaine d'enfants africains qui devraient être à l'école ne sont pas, la majorité d'entre eux des filles. Des centaines de millions d'autres sont à l'école mais n'apprennent pas les compétences dont ils ont besoin pour obtenir un emploi, et ne reçoivent pas non plus la nutrition nécessaire pour faire évoluer leur esprit et leurs corps. Plus précisément, le G20 hébergé par l'Allemagne propose des «pactes avec l'Afrique» pour certains pays qui s'orientent vers l'amélioration des partenariats d'investissement. Ces compacts peuvent devenir un véhicule puissant pour susciter l'investissement privé et la croissance créatrice d'emplois en Afrique. Mais le cadre des pactes doit être approfondi et étendu pour s'assurer qu'ils sont adaptés. Il faut approfondir en accédant à plus de financement de projet et d'assurance risques, en coordonnant l'assistance technique et en rationalisant les règlements. Il doit être étendu en proposant les pactes non seulement pour les États qui font déjà mieux, mais aussi pour certains des États économiquement moins robustes de l'Afrique, car ils ont besoin d'un soutien supplémentaire pour réussir et leur échec minera leurs voisins.

Source: Financial Times