Imprimer

Vendredi, 07 juillet 2017

Nouveaux équipements pour améliorer la sécurité et la qualité des aliments kenyans

La nourriture kenyane devrait être plus sûre que jamais après que l'Union européenne ait mis à disposition des équipements de pointe qui permettront aux autorités nationales de contrôle des aliments de tester la qualité et la sécurité d'une large gamme de produits alimentaires. Le matériel de laboratoire d'essai alimentaire a été lancé par le secrétaire du Cabinet pour l'industrie, le commerce et les coopératives, Adan Mohamed et l'ambassadeur de l'UE, Stefano Dejak, au siège du Bureau des normes du Kenya. CS Mohamed a déclaré que l'équipement maintenant disponible dans les laboratoires du Service d'inspection de la santé végétale du Kenya (KEPHIS), de la Direction des services vétérinaires (DVS) et du Bureau des normes du Kenya (KEBS) donne aux institutions les outils nécessaires pour faire respecter et certifier le respect des Les exigences en matière de sécurité alimentaire pour les consommateurs. »L'équipement sera utilisé pour tester les résidus et les organismes nuisibles tels que les résidus de pesticides et de médicaments vétérinaires dans les aliments, les éléments toxiques comme le plomb, l'arsenic et le mercure, les microorganismes causant des maladies, les additifs alimentaires nocifs et les mycotoxines Comme aflatoxine). Cela peut se produire beaucoup plus rapidement et à des niveaux précédemment indétectables. »L'équipement a été rendu possible grâce au Programme d'accès aux normes et aux marchés (SMAP) lancé en 2014 grâce à une subvention de 12,1 millions d'euros de l'UE (1,4 milliard de sh), dont 5 860 885 euros ( Sh 679 millions) ont participé à l'achat de l'équipement. Le CS a souligné que le gouvernement veillera à ce que le matériel soit utilisé efficacement pour garantir l'approvisionnement continu en aliments sûrs non seulement pour le marché d'exportation, mais aussi pour les consommateurs domestiques. L'ambassadeur de l'UE, Stefano Dejak, a déclaré que l'UE appuyait le SMAP pour répondre aux préoccupations soulevées par les institutions nationales de contrôle des aliments en ce qui concerne la nécessité d'un système visant à minimiser les risques et les dangers liés aux produits agricoles de la ferme à la fourchette.

Source: Europe External Action Service