Imprimer

Jeudi, 13 juillet 2017

Nigeria Develops New Schemes for Agricultural Export to Europe

Olusegun Awolowo, directeur général. Le Conseil nigérian de promotion des exportations, NEPC, affirme que le gouvernement fédéral a mis au point des «Conduits d'excellence (CoE)» pour assurer une gestion de qualité cohérente et rigoureuse pour tous les produits exportables. M. Awolowo a déclaré à l'agence de presse Nigéria à Abuja dimanche que le gouvernement fédéral avait également mis en place un comité pour la réalisation de l'objectif. Selon lui, le comité travaillera sous la direction technique de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel, l'ONUDI. Il a également déclaré que le comité élaborerait également le code de pratique et la procédure d'exploitation standard, SOP, pour la production et le traitement de produits sélectionnés. M. Awolowo a expliqué que le gouvernement a lancé le projet national d'infrastructure de qualité, le NQIP et le canal d'excellence pour s'assurer qu'un environnement et des matériaux favorables ont été fournis pour améliorer la qualité et les normes. Selon lui, l'Organisation Normale du Nigéria, SON, dispose de deux nouveaux laboratoires pour les tests de produits dans le pays. Il a déclaré que les problèmes d'emballage et d'étiquetage étaient également examinés pour améliorer l'acceptabilité des produits nigérians sur le marché international. M. Awolowo a déclaré que le Nigéria est devenu sérieux pour résoudre le rejet des produits nigérians, lorsque l'UE en 2016 a suspendu temporairement l'exportation de haricots du Nigeria. Il a attribué le problème principalement aux résidus inappropriés et à l'aflatoxine. L'aflatoxine se réfère à l'une des nombreuses mycotoxines cancérogènes qui sont produites, en particulier dans les cultures agricoles stockées, par exemple l'arachide par moules. "Nous devons nous rendre compte que l'UE a programmé un système marqué" Rapid Alert "qui déclenche une légère indication d'anomalie résiduelle dans les importations dans l'UE", a-t-il déclaré. M. Awolowo a déclaré qu'en réponse au défi, le conseil a réuni 17 autres organismes et le Secteur privé organisé, OPS, pour former un Comité technique inter-agences sur le rejet à zéro.

Source: Allafrica