Octobre 2017
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 20 juillet 2017

Les marchés ouverts et le libre-échange aideront l'Afrique à s'aider

La crise des migrants à la porte de l'Europe est revenue à la une. En réalité, il n'a jamais disparu; Les gens fuient la guerre, la persécution ou recherchent simplement une vie meilleure dans des nombres sans précédent. La pression se développera à moins que nous prenions des mesures urgentes pour aborder les facteurs de cette crise. En Afrique, 55 000 emplois devront être créés tous les jours pour absorber les nouveaux entrants sur le marché du travail d'ici 2035. Si les aspirations économiques de cette jeune population ne peuvent être satisfaites dans leur propre pays, nous verrons une migration plus incontrôlée et insoutenable. La Grande-Bretagne est à l'avant-garde de la réponse. Nous prenons des mesures immédiates pour protéger nos frontières et lutter contre la contrebande de personnes. Mais la seule façon de résoudre cette crise à long terme est de traiter les causes profondes. Nous devons créer des emplois à travers l'Afrique et fournir à sa population croissante un itinéraire hors de la pauvreté où ils se trouvent. L'affaire pour les marchés ouverts, le libre-échange, l'investissement privé et la technologie n'a jamais été aussi forte dans le développement. Au fil des décennies, cette combinaison a freiné la pauvreté, aidé à lutter contre les maladies et créé des emplois à travers le monde. C'est ainsi que nous pouvons transformer les régions les plus pauvres du monde et, finalement, mettre fin à la dépendance de l'Afrique à l'aide. Plus haut cette année, j'ai lancé la première Stratégie de développement économique de mon ministère, indiquant comment nous allons catalyser davantage d'investissements dans les industries créatrices d'emplois. Pendant ce temps, notre nouveau London Centre for Global Disaster Protection aidera à réduire de moitié le coût des catastrophes et réduira la dépendance des pays les plus pauvres à l'aide d'urgence. Fournir des conseils d'experts afin que les pays en développement puissent mieux comprendre et accéder à l'assurance qui leur fonctionne, aideront à protéger des millions de personnes contre les crises et à réduire nos contributions dans le temps.

Source: Allafrica