Imprimer

Mercredi, 26 juillet 2017

"AFFRUIBANA": défendre les intérêts dans le commerce international

Les producteurs et exportateurs de fruits du Cameroun, de la Côte d'Ivoire et du Ghana ont officiellement lancé AFRUIBANA, une association qui permettra aux producteurs de fruits du continent de combiner leurs efforts afin de mieux entendre leur voix dans le commerce international. Lors d'une visite à Bruxelles, le ministre du Commerce du Cameroun, Luc Magloire Mbarga Atangana, a lancé l'association aux institutions européennes le mercredi 19 juillet. En tant que représentant du Groupe d'Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) lors des différents Conseils de Ministres s'adressant à L'industrie de la banane, le ministre a été salué de cette initiative, qui est en mission pour défendre les intérêts de la culture fruitière africaine. Établi en vertu du droit camerounais avec siège à Douala et représentation dans les institutions de l'UE à Bruxelles, AFRUIBANA rassemble plusieurs représentants de producteurs et d'exportateurs de différents pays subsahariens, notamment Assobacam, l'association de l'industrie du bananier au Cameroun et OBAMCI, une organisation de producteurs et producteurs de la Côte d'Ivoire Exportateurs de bananes, ananas, mangues et autres fruits. L'industrie de la banane en Côte d'Ivoire et au Cameroun emploie plus de 15 000 personnes, représentant environ 50 000 emplois indirects dans chaque pays. Les deux pays ont produit près de 600 000 tonnes de bananes en 2016. À Bruxelles, AFRUIBANA est devenue le représentant permanent d'une communauté de producteurs et d'exportateurs de fruits à travers le Cameroun, la Côte d'Ivoire et le Ghana. L'association prendra donc des mesures pour soutenir la compétitivité et exporter des fruits vers les pays de l'UE. Il servira également d'interface entre les producteurs du secteur et les institutions européennes pour obtenir un financement et un soutien pour les cultivateurs fruitiers africains. AFRUIBANA joue également un rôle clé dans la représentation et le plaidoyer pour affirmer la qualité et l'importance des chaînes de valeur agro-industrielles dans tout le continent africain en termes d'économie, d'affaires sociales et d'impact environnemental.

Source: Liberian Observer