Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Echanges agroalimentaires mondiaux: L'UE toujours en tête

Imprimer

Jeudi, 21 juin 2018

Echanges agroalimentaires mondiaux: L'UE toujours en tête

Avec des échanges agroalimentaires d'une valeur de 255 milliards d'euros en 2017, l'UE confirme pour une nouvelle année encore sa position de leader mondial en matière d'exportation et d'importation de produits agroalimentaires. Les exportations de produits agroalimentaires de l'UE se sont chiffrées à 138 milliards d'euros en 2017, soit une augmentation annuelle de 5,1 %. La valeur de ses importations s'établissant à 117 milliards d'euros, l'UE affiche un excédent commercial net en produits agroalimentaires de 21 milliards d'euros, selon le rapport annuel 2017 sur le commerce agroalimentaire publié aujourd'hui. La production totale du secteur agricole de l'UE est estimée à 427 milliards d'euros pour 2017. La filière de transformation des denrées alimentaires représente 7,5 % de l'emploi et 3,7 % de la valeur ajoutée totale dans l'UE. La part des exportations dans la chaîne de valeur de la production ne cesse de progresser et, de ce fait, les exportations sont un moteur pour l'emploi et la croissance dans le secteur agroalimentaire européen. Phil Hogan, commissaire pour l'agriculture et le développement rural, a déclaré: «La réussite du commerce agricole est clairement liée aux réformes de la PAC qui permettent aux producteurs de l'UE d'être compétitifs sur les marchés internationaux. Elle s'explique aussi par le fait que les produits de l'UE sont réputés au niveau mondial comme étant sûrs, obtenus de manière durable, nutritifs et de haute qualité. Notre programme commercial ambitieux – avec les récents succès remportés dans les négociations avec le Canada, le Japon et le Mexique – contribue à ce que les agriculteurs et producteurs de denrées alimentaires de l'UE puissent exploiter pleinement les possibilités qu'offrent les marchés internationaux, tout en reconnaissant la nécessité de prévoir suffisamment de garde-fous pour les secteurs plus sensibles.»

Source: Commission européenne