Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
L’UE exclut les agences d’aide britanniques, indique une ministre

Imprimer

Mercredi, 25 juillet 2018

L’UE exclut les agences d’aide britanniques, indique une ministre

Mardi 17 juillet, la ministre britannique du développement a accusé la Commission européenne de défavoriser les agences d’aide britanniques, ce qui pourrait porter préjudice aux partenariats futurs, une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’UE. S’exprimant lors d’une audition de la commission pour le développement international du Parlement britannique, Penny Mordaunt a déclaré que la Commission européenne ignorait délibérément un accord permettant aux agences britanniques de continuer à avoir accès aux fonds d’aide humanitaire pendant les négociations de l’accord post-Brexit. « Le projet d’accord de retrait confirme le droit des agences à participer à tous les programmes de développement de l’UE (durant la transition). Cependant, il n’est clairement pas respecté », a-t-elle affirmé. « Nous avons été choqués et déçus par le comportement de l’UE, qui n’est pas de bon augure pour les partenariats futurs », a ajouté Mme Mordaunt. « Nous avons des preuves frappantes de discrimination – un tel traitement ne peut durer ; l’UE ne fait pas preuve de bonne foi. » Le ministère du développement international et les ONG humanitaires britanniques sont des plus respectés et financés d’Europe, et environ 20 % du total des dépenses d’aide humanitaires de l’UE est traité par des agences basées au Royaume-Uni. Les responsables britanniques désirent continuer à contribuer aux instruments de développement de l’UE au titre du prochain budget sur sept ans de la communauté. Selon le Livre blanc sur les relations post-Brexit, publié la semaine dernière, le Royaume-Uni cherche à établir un « accord de coopération », qui lui permettrait de continuer à contribuer aux instruments européens de développement et de dépenses extérieures « au cas par cas ». Cependant, en échange de fonds et d’expertise, le Royaume-Uni souhaite un droit de regard – au même titre que d’autres pays de l’UE – sur les programmes auxquels il contribuera, un droit qui n’est actuellement pas accordé aux autres pays tiers.

Source: EURACTIV