Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Post-Cotonou : mise en place d'un futur partenariat
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 12 octobre 2018

Post-Cotonou : mise en place d'un futur partenariat

Ce mois-ci, l’Union européenne (UE) et le Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) entameront les négociations afin de décider du cadre d'un nouvel accord de partenariat de Cotonou (APC), qui devrait être en place en février 2020. Alors que le processus débute, il est utile d’examiner les voies potentielles de collaboration entre le Groupe ACP et l’UE, ainsi que la manière dont les entraves potentielles et les nouveaux partenariats concurrents pourraient miner l’accord. Le Conseil des ministres ACP a exprimé son souhait de poursuivre son partenariat avec l’UE sur la base du programme suivant : le repositionnement du Groupe ACP comme acteur mondial plus efficace qui répondra aux besoins de ses membres ; l’exploitation de principes de complémentarité et de durabilité entre le Groupe ACP, les CER et les organisations continentales ; et le maintien du financement d'un Groupe ACP repositionné. Le Groupe ACP a deux exigences clés considérées comme essentielles à un APC : i) Il insiste sur un accord unique s’appuyant sur trois piliers clés : le commerce, l’investissement et les services ; la coopération au développement, la science et les technologies, la recherche et l’innovation ; et le dialogue et l’action politique. Cela contraste avec la position de l’UE qui vise un accord cadre articulé en trois pactes régionaux avec l’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique. En effet, à l’origine l’UE voulait élargir encore d’avantage la portée d’un futur accord afin d’inclure l’Amérique latine et l’Asie. Cependant, cette idée a depuis été abandonnée. ii) Il souhaite que le nouvel accord tienne mieux compte de la migration intra-ACP pour inclure la nature volontaire des retours vers les pays d'origine et pour interdire l’utilisation de l’aide au développement afin de négocier les contrôles aux frontières. Spécifiquement, le Groupe ACP souhaite que l’accent soit davantage mis sur la création des conditions propices à la promotion de la migration légale et au partage de compétences, qui peuvent être mieux utilisées afin de contribuer à une expérience positive de la migration. L’UE veut interpeler le Groupe ACP sur les questions suivantes : i) le développement durable, en particulier dans le contexte du changement climatique et de la production agricole ; ii) la protection et l’interdiction explicite de la discrimination fondée sur le sexe, l’ethnie, la religion et les droits humains.

Source: africaportal.org