Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Afrique: une croissance en perte de vitesse

Imprimer

Vendredi, 12 octobre 2018

Afrique: une croissance en perte de vitesse

L’Afrique au Sud du Sahara est freinée dans sa marche par la faible diversification des investissements. C’est la principale conclusion du tout dernier rapport de la Banque Mondiale, Africa Pulse, publié le 3 octobre 2018. La bonne nouvelle selon cette revue semestrielle est que les économies d’Afrique subsaharienne continuent de se redresser, après avoir marqué le pas en 2015-2016, mais à un rythme plus lent que prévu. En 2018, la région devrait afficher un taux de croissance moyen de l’ordre 2,7 %, soit une légère augmentation par rapport aux 2,3 % enregistrés en 2017. L’on est loin de la moyenne de 5% enregistrée sur la période 2004-2014.« Pour accélérer et soutenir une dynamique de croissance inclusive, les responsables politiques doivent continuer de donner la priorité aux investissements qui privilégient le capital humain, limitent les risques de mauvaise allocation des ressources de l’État et stimulent la productivité », explique Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique. « Ils doivent par ailleurs se donner les moyens de gérer les nouveaux risques découlant de la modification de la composition des flux de capitaux et de la dette. » Ce ralentissement tient en partie à une conjoncture internationale moins favorable pour la région. Les échanges mondiaux et l’activité industrielle s’essoufflent, marqués par la chute des cours des métaux et des produits agricoles en raison des inquiétudes liées aux tarifs douaniers et à une demande plus incertaine. Certes les prix du pétrole devraient augmenter en 2019, mais ceux des métaux pourraient rester modérés du fait de la baisse de la demande, notamment en Chine. Les pressions exercées sur les marchés des capitaux se sont accentuées dans les économies émergentes et les inquiétudes concernant les dettes libellées en dollars se multiplient, avec la hausse de la valeur de la devise américaine.

Source: financialafrik.com