Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Une coalition africaine demande à l'UE de bloquer les ventes d'ivoire
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 18 février 2010

Une coalition africaine demande à l'UE de bloquer les ventes d'ivoire

Le 25 janvier, des nations africaines ont demandé instamment aux gouvernements européens de résister aux demandes de relancer les ventes légales d'ivoire et de protéger la population d’éléphants dans le monde. Des représentants de la Coalition pour l'éléphant d'Afrique, qui compte 17 pays, sont venus à Bruxelles pour demander un soutien après que la Tanzanie et la Zambie aient chacune demandé de nouvelles autorisations aux organismes de contrôle internationaux. «Nous demandons à l'Union européenne de déclarer clairement son appui au moratoire de neuf ans adopté en 2007 par la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES)», a déclaré aux journalistes le ministre kenyan de la forêt et de la faune, Noah Wekesa. Des experts affirment que quelque 38 000 éléphants africains sont tués chaque année pour leurs défenses, sur une population totale de peut-être 500.000 individus. Étant donné une nouvelle augmentation des ventes au marché noir, certains pays, qui considèrent que leurs populations d'éléphants ne sont plus en danger, affirment que les stocks du précieux ivoire devraient être vendus légalement. La Tanzanie veut pouvoir vendre 90 tonnes d'ivoire, la Zambie, 22 tonnes. Mais toutes deux ont besoin d'une autorisation de l'organisme international CITES qui doit se réunir prochainement à Doha, Qatar, du 13 au 25 mars. Une interdiction de la vente d'ivoire datant de 1989, une mesure destinée à protéger l'éléphant et le rhinocéros d'Afrique, a été assouplie en juin 2007 en vertu d'un compromis qui prolongeait le moratoire mais permettait au Botswana, à la Namibie, à l'Afrique du Sud et au Zimbabwe d'effectuer une vente ponctuelle de 108 tonnes à des acheteurs en Chine et au Japon.«L'UE joue un rôle important au sein de la CITES», a insisté Wekesa. «Si elle s'abstient lors de ce vote, elle contribuera à dégrader une situation déjà critique».

Source: EU Business