Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Il faut promouvoir l’aquaculture en eau douce
Juin 2019
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mardi, 19 avril 2011

Il faut promouvoir l’aquaculture en eau douce

Il convient d’examiner, dans le cadre de la réforme de la politique commune de la pêche, la règlementation de la pêche de l’Atlantique et de développer l’aquaculture en eau douce. Telle est la conclusion de la réunion du Conseil « Agriculture et Pêche » du 14 avril 2011 à Luxembourg. Le rôle que l’innovation peut jouer dans la préservation du mode de vie rural traditionnel était également à l’ordre du jour. Se fondant sur la communication de la Commission, les ministres ont procédé à un échange de vues sur l’évaluation de la gestion de l'effort de pêche dans les eaux occidentales. Les ministres ont cherché à savoir quel cadre réglementaire pourrait être appliqué aux lieux de pêche de l’océan Atlantique à des fins de lutte contre la surexploitation des stocks de pêche. Ils ont également cherché à établir s’il était nécessaire de modifier le cadre juridique actuel et, le cas échéant, à quelle échéance et de quelle manière. Ils ont examiné la possibilité de lier la révision du cadre réglementaire à la réforme en cours de la politique commune de la pêche. Bien que l’Union européenne représente 4,6 % de la pêche et de la production halieutique à l’échelle mondiale, elle doit largement recourir à l’importation pour satisfaire aux besoins de la demande intérieure. En 2007, les vingt-sept ont ainsi importé 5,6 millions de tonnes de poisson, en sus des 5,1 millions de tonnes provenant de la pêche et 1,3 millions de tonnes, de la production halieutique. Sept ans auparavant, en 2000, la quantité pêchée était encore de 6,7 millions de tonnes, soit équivalente à la quantité produite, ce qui signifie que le recul de la pêche maritime a été entièrement compensé par l’importation. Ce recul est principalement dû à la surexploitation des stocks, la quantité pêchée étant supérieure à la capacité de reproduction annuelle des stocks de poissons. Afin de remédier à cette situation, il convient de limiter la pêche maritime de manière drastique et de diminuer la capacité de pêche, mesures prévues de longue date par l’Union et qui ne peuvent aujourd’hui plus être reportées.

Source: Présidence hongroise