Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Les députés partagés concernant le budget à long terme de l'UE
Juin 2019
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 07 juillet 2011

Les députés partagés concernant le budget à long terme de l'UE

La proposition de la Commission européenne pour le budget à long terme de l'Union européenne a attiré de nombreuses critiques lors du débat en séance plénière, mais aussi des félicitations. En ouvrant la séance, le Président du Parlement Jerzy Buzek a campé l'enjeu en affirmant qu'il s'agit du sujet le plus important dont le Parlement aura à s'occuper au cours des prochains mois.

Le Président de la Commission José Manuel Barroso a ouvert le débat en affirmant qu'il ne s'agissait pas d'augmenter le budget mais de le rendre plus efficace en se concentrant sur les objectifs prioritaires de l'Union, notamment la croissance et l'emploi. "Un euro dépensé au niveau européen peut représenter des économies au niveau national", a-t-il défendu.

Mikołaj Dowgielewicz, Secrétaire d'Etat polonais en charge des affaires européennes et représentant la présidence polonaise du Conseil de l'UE, a qualifié les négociations sur le budget à long terme de l'UE de "défi principal de la présidence polonaise". Il a souligné le rôle à jouer pour le Parlement européen et précisé que ses représentants seraient invités à une réunion informelle des ministres des affaires européennes en juillet en Pologne.

L'Espagnol Salvador Garriga Polledo (PPE) a regretté que le budget soit gelé au lieu d'augmenter de 5 %, comme le demande le Parlement européen. "Cela ne laisse sans aucune marge de manœuvre avec le Conseil si ce dernier rejette la proposition de la Commission et demande une baisse du budget", regrette-t-il.

L'Allemand Martin Schulz (S&D) a accusé certains gouvernements européens d'une approche schizophrène des négociations budgétaires. "Ils veulent que l'UE en fasse plus avec moins d'argent - cela ne marchera pas!" Il a enjoint le Parlement à soutenir la proposition de la Commission européenne. "Ce débat est décisif pour le futur de l'Europe", a-t-il mis en garde.

Le Belge Guy Verhofstadt (ADLE) s'est réjoui de ce que José Manuel Barroso ait rempli sa promesse de proposer un cadre financier pluriannuel fort, basé sur un système de ressources propres. L'enjeu serait maintenant de gagner le soutien de l'opinion publique face à ceux qui opposent des "arguments fallacieux" au système de ressources propres. Ces dernières ne sont en aucun des taxes supplémentaires.

Un argument réfuté par le Britannique Martin Callanan (ECR) : "Personne ne vous croit quand vous dites que plus de taxes européennes résulteront en une diminution des contributions des Etats membres". Il a prôné un gel du budget européen : "La proposition [de la Commission] est un vœu de l'élite européenne qui, chaque jour, s'éloigne des préoccupations des citoyens ordinaires".

Le Français Daniel Cohn-Bendit (Verts/ALE) a critiqué le gel du budget et demandé une taxe sur les transactions financières pour augmenter les ressources propres de l'UE. "Si vous prenez 1 % des transactions, vous récupérez 20 à 30 milliards d'euros. Une telle taxe, nouvelle, ne reposerait pas sur les épaules des citoyens ordinaires mais sur celles des institutions financières qui profitent pleinement de l'Union européenne".

Source: Parlement européen