Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Olivier de Schutter: La réforme de la PAC doit mettre un terme au dumping
Juillet 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 13 octobre 2011

Olivier de Schutter: La réforme de la PAC doit mettre un terme au dumping

La PAC est une contradiction de 50 milliards d’euros à l’engagement de l’Union Européenne d’aider l’agriculture du monde en développement à se remettre d’aplomb, et elle le restera avec les plans de réforme d’aujourd’hui. Des subventions agricoles de cette ampleur engendreront toujours des distorsions, » a mis en garde Olivier De Schutter, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, suite aux propositions de réforme de la PAC (Politique Agricole Commune) avancées par la Commission européenne.

« Les principales victimes sont les paysans du monde en développement, qui sont évincés de leurs propres marchés par la production occidentale subventionnée. L’UE a ouvert ses portes aux exportations du monde en développement, mais cette ouverture ne sert à rien si les petits exploitants du Sud ne peuvent vendre leurs récoltes vivrières sur leurs marchés domestiques, » a souligné M. De Schutter.

Le Rapporteur spécial a fait remarquer que dans leurs tentatives de garantir l’accès à la nourriture aux groupes de population vulnérables, les pays à faibles revenus se tournent souvent vers les importations bon marché venant de l’étranger. Mais cette démarche rend ces pays extrêmement vulnérables aux flambées des prix, tout en exerçant un puissant effet dissuasif sur les producteurs locaux. « Nous devons les aider à réussir une transition qui diminuera leur dépendance sur le long terme en reconstruisant leurs systèmes agricoles disloqués, » a-t-il dit, « nous ne devons pas les nourrir mais les aider à se nourrir eux-mêmes. »

« L’objectif de ‘nourrir le monde’ ne peut justifier le maintien de subventions agricoles colossales en Occident. Si la production alimentaire augmente parallèlement à une plus grande marginalisation des petits paysans des pays en développement, nous perdrons la bataille contre la faim et la malnutrition. »

Le Rapporteur spécial a applaudi les plans de la Commission européenne consistant à plafonner les paiements aux plus grandes exploitations de l’UE et à soumettre une partie des subventions à des critères environnementaux plus stricts. « Éloigner l’argent des grandes exploitations polluantes et le rediriger vers ceux qui en ont vraiment besoin est un pas dans la bonne direction, » a déclaré De Schutter. « Mais les exigences écologiques devraient sous-tendre chaque cent du contribuable, et pas un maigre 30 %. La réforme de la PAC devrait également faire davantage pour diminuer la dépendance de l’UE aux importations croissantes de soja et de maïs qui nourrissent le bétail européen en grevant les ressources naturelles du reste du monde. »

Mais, a-t-il prévenu, le budget de la PAC est l’aspect le plus préoccupant. « Trop de deniers publics sont encore investis dans la compétitivité internationale de l’agriculture européenne – des sommes avec lesquelles le monde en développement ne peut rivaliser, » a-t-il ajouté.

Source: Rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation