Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Le commerce intraafricain serait-il considérablement sousestimé?
Mars 2019
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mercredi, 25 avril 2012

Le commerce intraafricain serait-il considérablement sousestimé?

Où en est le commerce intraafricain? Alors que l’OMC qui maintient la même position depuis longtemps déclare que les échanges commerciaux entre les pays africains sont trop faibles et “stagnants”, les experts du centre sud, un think thank intergouvernemental des pays en développement, soulignent que les échanges commerciaux de produits manufacturés sont considérables et semblent ouvrir la porte vers l’industrialisation du continent.  
Valentine Rugwabiza, directrice-générale adjointe de l’OMC appuye ses déclarations sur le fait que l’an dernier, le commerce entre les pays du continent africain “atteignait 10 pour cent du total des échanges commerciaux du continent” et que “les parts de l’Afrique dans le commerce mondial sont donc très faibles”, bien qu’elles grandissent avec les économies émergentes. Elle met en exergue les problèmes dont le continent a hérité de la période coloniale, tels que “la division rigide du travail” et sa dépendance excessive quant à l’exportation des produits primaires. En outre, elle rappelle les délais importants nécessaires à l’Afrique pour fournir ses produits aux pays importateurs par rapport à d’autres régions telles que l’Amérique latine ou les Caraïbes.
Le centre Sud-Sud dont les quartiers généraux sont établis à Genève souligne néanmoins que le commerce intraafricain est faible “en données absolues”: selon un responsable de politique commerciale du même centre, “en termes d’exportations hors pétrole, le commerce interne du continent africain est presque comparable aux exportations vers l’UE […] le taux de croissance commerciale au sein de l’Afrique est le second après la Chine et devance les Etats-Unis et l’Union européenne. C’est pourquoi, ce continent est très prometteur, notamment en ce qui concerne la qualité de ses exportations. La plupart des biens manufacturés d’Afrique vont en Afrique. Si le continent désire s’industrialiser, le marché qui lui fournira les meilleures opportunités, c’est le marché africain et non pas celui de la Chine, des Etats-Unis ou encore celui de l’UE. “


Source: IPS/CTA