Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Les APE: dommageables pour les ACP ?

Imprimer

Mercredi, 21 novembre 2012

Les APE: dommageables pour les ACP ?

Cités dans The Southern Times, des experts ont récemment exprimé des points de vue assez critiques à l’égard des Accords de partenariat économique (APE) qui devraient être établis entre l’UE et les pays ACP.
Thomas Deve travaille pour le Southern and Eastern African Trade Information Negotiations Institute et est de l’avis que même si les propositions de l’UE se présentent comme des « accords de partenariat », elles n’en sont pas moins l’incarnation du libéralisme de marché le plus féroce pratiqué par les institutions financières internationales et l’OMC. Selon lui, « les Accords de partenariat économique sur lesquels l’Union européenne et certains gouvernements africains négocient depuis 2004 n’ont pas vocation à promouvoir le développement et ne contribueront certainement pas au développement durable, à l’éradication de la pauvreté, au renforcement de l’intégration régionale, à un accès plus aisé aux marchés ou à l’inclusion progressive de l’Afrique dans l’économie mondiale. »
« Outre le fait de mettre en péril la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles, les APE empêcheraient aussi les gouvernements de mettre les procédures de marchés publics au service du changement social. Ils risqueraient également de priver les gouvernements de la marge de manœuvre politique dont ils ont besoin pour orienter les investissements étrangers vers les secteurs qui contribuent le plus au développement national », a ajouté Tetteh Hormeku, le Directeur des programmes au réseau Tiers-Monde (Ghana).
M. Hormeku souligne que la libéralisation a déjà engendré une concurrence déloyale, le refus de l’UE de mettre fin aux subventions agricoles ayant contraint de nombreux producteurs africains à cesser leurs activités. « Si les APE devaient entrer en vigueur, ce serait une véritable catastrophe pour certains pays. Ils s’appliqueraient au commerce d’une vaste gamme de biens et de services. L’UE exige une libéralisation tarifaire sur 80 % de ces produits. La suppression des droits à l'exportation serait dommageable pour les producteurs locaux, les consommateurs et les recettes de l'État », a-t-il déclaré.
Chukwuma Charles Soludo, professeur d’économie et ancien gouverneur de la Banque centrale du Nigéria, va jusqu’à affirmer que les APE sont le pendant moderne de la conférence de Berlin, au cours de laquelle les puissances européennes se répartirent les territoires africains à coloniser. M. Soludo ajoute que les APE signeront, pour le continent africain, la fin de son secteur agricole et de son industrie naissante : « L’Afrique serait quasiment confinée au rôle d’exportatrice de matières premières… La liste des dégâts est trop longue pour être dressée ici. »
C’est le 8 juillet 2004 à Windhoek, en Namibie, que les États d’Afrique australe et l’Union européenne ont entamé les négociations sur les APE et se sont accordés sur une feuille de route conjointe reprenant les principes, l’organisation, les grandes étapes et le calendrier des négociations.


Source : The Southern Times