Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Piraterie maritime : la position de l’UE
Novembre 2019
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 25 janvier 2013

Piraterie maritime : la position de l’UE

La piraterie maritime a tué six marins de l’UE en 2012 et coûté à l’Union entre 5,5 et 9,5 milliards d’EUR par an environ, a affirmé la commissaire Maria Damanaki lors de l’événement organisé par le Comité économique et social européen (CESE) à l’occasion de la présentation de son avis « Piraterie maritime : renforcer la réaction de l'UE », le 24 janvier dernier.
Le CESE est d’avis que détecter et couper les circuits financiers impliqués dans la piraterie constitue la clé qui permettra de résoudre ce problème. C’est pourquoi au sein de l’UE, il y aurait lieu de dresser une liste noire des institutions financières impliquées dans le blanchiment de l’argent des flibustiers.
Lors de la conférence, il a été annoncé que l'opération navale « Atalante » du Conseil de sécurité de l’ONU et de l’UE, qui a permis d’appréhender 117 pirates depuis la recrudescence des faits de piraterie au large des côtes somaliennes en 2008, sera prolongée jusqu’en décembre 2014, avec une extension vers l’est et le sud dans l’océan Indien et vers la côte somalienne.
Il a été demandé aux États membres de l’UE et aux pays candidats à l’adhésion ou ayant conclu des accords d’association avec l’UE de poursuivre judiciairement les faits de piraterie et les pirates de haute mer. Le CESE s’est également déclaré être opposé au paiement de rançons, dont l'effet contreproductif est démontré et qui met encore davantage les otages en danger.


Source : Commission européenne, CESE, vesselfinder.com