Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Des entreprises souhaitent un rôle fort dans la politique de développement

Imprimer

Mercredi, 10 avril 2013

Des entreprises souhaitent un rôle fort dans la politique de développement

Des associations professionnelles d’Europe et d’autres pays avancés tentent de marquer de leur empreinte un nouveau cadre réglementaire du développement mondial. Elles ont demandé que le secteur privé joue un rôle important afin de sortir les nations défavorisées de la pauvreté.
L'initiative de petites et grandes entreprises en amont de réunions clés, dont une organisée cette semaine en Indonésie, fait partie de la manoeuvre pour donner forme aux nouveaux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), les huit objectifs de lutte contre la pauvreté qui arrivent bientôt à terme après 15 ans.
Le Comité consultatif économique et industriel (BIAC) auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques, la Chambre de commerce international et sept autres organisations ont signé cette lettre. Ensemble, ils représentent, outre des petites entreprises, certaines des plus grandes sociétés au monde.
Largement laissées pour compte lors des négociations qui ont établi les OMD en 2000, les entreprises travaillent cette fois-ci pour influencer le prochain cadre réglementaire de lutte contre la pauvreté. La propre feuille de route de l'Union européenne pour les objectifs de développement après 2015, « Une vie décente pour tous », se fondait également sur des consultations avec des entreprises et des organisations de la société civile.
L'UE et d'autres donateurs importants ont convenu lors d'une conférence internationale en 2011 de l'amélioration de leur coopération sur l'aide au développement et ont demandé que le secteur privé soit plus impliqué afin de réduire la pauvreté extrême grâce à des investissements et à la création d'emploi.
Des groupes de défense se méfient cependant de l'idée de combiner le développement commercial et humain.
Lors d'une conférence organisée au Parlement européen le 21 mars, des eurodéputés et des défenseurs de la lutte contre la pauvreté ont admis que les fonds pour le développement étaient sous pressions en raison de crises budgétaires dans les États donateurs traditionnels. Ils remettent toutefois en doute un passage des politiques de l'UE vers une combinaison de prêts et de dons afin de contribuer à la croissance du secteur privé.

Source : Euractiv