Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Haricots kenyans : Baisse des ventes de 25 %.
Juin 2019
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 18 avril 2013

Haricots kenyans : Baisse des ventes de 25 %.

Une baisse de 25 % des ventes de haricots du Kenya a été enregistrée en janvier 2013, par comparaison à janvier 2012, après que la Commission européenne a décidé en décembre 2012 de porter à 10 % la fréquence des contrôles frontaliers sur les résidus de pesticides dans les pois et haricots verts importés depuis ce pays, affirme l'Association des Exportateurs de Produits frais du Kenya (FPEAK).
Au Kenya, les haricots verts sont principalement cultivés par des petits producteurs au moyen de systèmes d'irrigation. D'après une étude récente (août 2012), environ 50 000 producteurs seraient concernés, la plupart étant des ménages cultivant moins de 2 acres de terres. En outre, l'industrie des haricots frais emploie entre 45 000 et 60 000 personnes – 60 % d'entre elles étant des femmes – dans les exploitations commerciales et pour les opérations de logistique et de transformation.
En janvier 2013, environ 4200 tonnes de haricots et de pois en cosse ont été exportés vers l'Union européenne, ce qui a représenté 3200 expéditions. Ces dernières ont été soumises à environ 250 analyses en laboratoire. Toutefois, plus de 99,9 % des échantillons se sont révélés négatifs. "Cela signifie que la grande majorité des haricots kenyans est conforme aux règlements européens relatifs aux pesticides", déclare la FPEAK.
En créant le Comité national de Coordination de la Sécurité sanitaire des Aliments (NFSCC), les parties prenantes kenyanes se sont regroupées pour faire face ensemble à la situation actuelle et mettre au point des solutions à court et à long terme. L'organisation se réunit régulièrement au Kenya et collabore avec des parties prenantes clés (incluant la DG Sanco et des donateurs). Ensemble, ils ont élaboré un plan d'action. Outre les différentes initiatives qu'il comprend, ce plan reconnaît la nécessité d'améliorer et de coordonner les formations sur l'utilisation des pesticides dans l'ensemble du secteur ainsi que l'importance cruciale de renforcer le programme national de contrôle et de surveillance des résidus.
Le PIP est un programme européen de coopération géré par le COLEACP – le Comité de Liaison Europe-Afrique-Caraïbes-Pacifique, un réseau interprofessionnel promouvant un commerce horticole durable et rassemblant les producteurs/exportateurs des pays ACP, les importateurs européens de fruits, légumes, fleurs et plantes, et d'autres entreprises et partenaires intervenant dans la filière horticole ACP/UE. Le programme PIP est financé par le Fonds européen de Développement et mis en œuvre à la demande des pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique). En conformité avec les Objectifs du Millénaire pour le Développement, son but global est de : "Préserver et, si possible, accroître la contribution de l’horticulture d’exportation à la réduction de la pauvreté dans les pays ACP".

Source: PIP – COLEACP