Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
UE : réforme de la PAC et conséquences pour l’Afrique
Août 2019
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mercredi, 16 octobre 2013

UE : réforme de la PAC et conséquences pour l’Afrique

Selon le Centre international pour le commerce et le développement durable (ICTSD), l’Union européenne (UE) aurait récemment conclu un accord au sein de la Politique agricole commune (PAC) pour la période 2014-2020 à venir. Ces négociations autour de la PAC sont menées conjointement avec celles concernant le plan financier pluriannuel qui définit le budget européen octroyé à l’agriculture chaque année.
Selon ce plan conclu par le Conseil et le Parlement, le financement agricole devrait diminuer sur la période 2014-2020, mais pas de manière significative. En effet, entre 2007 et le budget prévu pour 2020, l’allocation agricole devrait diminuer de 6 % pour atteindre 36% du budget total l’UE. Cette nouvelle législation vise à investir 30% de son budget agricole dans l’agriculture écologique et organique dans chaque pays. D’autres paiements directs iront aux jeunes producteurs et aux personnes qui possèdent de petites exploitations.
Bien que ces négociations n’aient pas abordé les aspects législatifs en matière de politique commerciale, ces changements pourraient avoir un impact sur le marché mondial. Comme les bénéficiaires des paiements directs sont différents, les exploitations qui recevaient des subsides plus importants auparavant pourraient voir leur productivité diminuer. Les nouvelles politiques débloquent néanmoins des fonds pour l’innovation et la recherche agricoles afin de renforcer la production de l’UE à long terme. Ces nouveaux plans supprimeront également les quotas sur le lait et le sucre qui étaient censés rester en vigueur jusqu’en 2020.
Bien que la suppression des quotas laitiers permette aux pays européens d’être compétitifs, les pays d’Afrique, des Caraïbes, et du Pacifique (ACP) dépendent des quotas pour exporter leur propre production de sucre vers l’UE. La suppression des quotas de sucre au sein de l’UE mènerait à une baisse des prix et rendrait, par conséquent, les importations de sucre moins intéressantes. L'ICTSD déclare que le marché entre l’UE et les pays ACP dépendra toutefois des prix sur le marché mondial.

Source: International Centre for Trade and Sustainable Development