Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Forum des affaires UE-Afrique : l’action pour le secteur privé
Novembre 2019
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Mercredi, 23 avril 2014

Forum des affaires UE-Afrique : l’action pour le secteur privé

Créer de la croissance et des emplois en Afrique est essentiel, car sur ce continent, comme dans d’autres régions en développement, les perspectives d’emploi et les sources de revenus sont limitées alors que la population jeune est en expansion rapide.
Dans bon nombre de pays en développement, l’expansion du secteur privé, notamment des micro-entreprises et des petites et moyennes entreprises (PME), est un puissant moteur de croissance économique et la principale source de création d’emplois. Le secteur privé fournit environ 90 % des emplois dans les pays en développement, ce qui en fait un partenaire essentiel dans la lutte contre la pauvreté.
Toutefois, par rapport à ses concurrents d’autres marchés émergents, le secteur privé africain est confronté à un nombre impressionnant d’obstacles : un secteur informel étendu qui continue de se développer, l’absence d’entreprises de taille moyenne et peu de mobilité verticale, des liens interentreprises limités, un manque de compétitivité des exportations, de faibles capacités d’innovation, la complexité de la procédure d’enregistrement des entreprises et de la fiscalité, le déficit d’infrastructures, un approvisionnement électrique déficient, un accès limité au financement et la corruption.
L’aide de l’UE couvre un large éventail de domaines intéressant le secteur privé, tels que le soutien à la création d’un environnement propice à l’activité économique. Un climat d’affaires plus favorable contribue à promouvoir l’efficacité des investissements intérieurs, à attirer les investissements étrangers directs et à accroître la productivité, ce qui entraîne une augmentation des perspectives d’emploi et des revenus.
L’aide vise également à réduire les obstacles à l’activité économique, qu’ils soient administratifs ou réglementaires, à accompagner les ministères concernés dans le but de faciliter les activités commerciales et à faire le point sur la législation en vigueur et les actions menées. L’aide sert en outre à promouvoir les services de développement des entreprises, tels que la formation, les services de conseil et d’information, en vue d’améliorer les compétences techniques et les compétences de gestion et d’encourager le transfert de savoir-faire et de technologies. Les projets et programmes de l’UE prévoient également une aide aux institutions professionnelles, telles que les chambres de commerce, les fédérations industrielles ou les associations de PME, ainsi que la promotion d’institutions financières locales fiables.
Source : AllAfrica.com