Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Le Sénégal s’interroge sur le partenariat Afrique de l’Ouest - UE
Juillet 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Jeudi, 30 octobre 2014

Le Sénégal s’interroge sur le partenariat Afrique de l’Ouest - UE

Après dix années de négociations, l’Afrique de l’Ouest a accepté l’Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne, au nom de l’intégration régionale. Au Sénégal, on redoute que la fragile croissance des économies africaines soit compromise et qu’industrie et agriculture soient déstabilisées par la concurrence européenne devenue moins chère.Menacée de perdre l’accès préférentiel au marché européen pour ses pays exportateurs, l’Afrique de l’Ouest a choisi d’accepter un accord préliminaire de libre-échange avec Bruxelles, qu’elle avait rejeté en 2007. Cet Accord de partenariat économique (APE) prévoit de nombreuses dispositions, au point que la société civile en parle en utilisant le pluriel.

Selon les termes du traité qui doit encore être ratifié par chaque État membre, les pays de la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest), auxquels s’ajoute la Mauritanie, devront progressivement abandonner leurs barrières tarifaires pour 75 % des produits européens entrants. Ils conserveront alors l’exemption des droits de douane sur le marché européen. Cette libéralisation du marché régional est dénoncée depuis plusieurs années par la société civile de la région. De nombreuses critiques se sont fait entendre. Elles soulignent les risques de perte de recettes fiscales, de baisse des flux de commerce, de fragilisation de l’industrie et de l’agriculture, confrontées à une redoutable concurrence européenne… Au Sénégal, les acteurs des grands mouvements sociaux de 2011-2012 demandent aujourd’hui au chef de l’État Macky Sall de se retirer de l’accord sur l’APE. Leur temps est compté : avec la rentrée parlementaire dans quelques jours, les députés sénégalais sont susceptibles d’étudier le traité prochainement.

Source: alwihdainfo.com