Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Bulletin 417
Juin 2019
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 25 septembre 2014

La Papouasie-Nouvelle-Guinée va recevoir une allocation généreuse de 601 millions de PGK (244 millions de dollars américains) pour l'aide et le développement, le commerce et les relations politiques au cours des six prochaines années. Ce montant est presque équivalent à l'allocation de 180 millions d'euros qui avait été annoncée par le chef de la délégation de l'Union européenne (UE), Martin Dihm. Le montant de l'allocation proposé a été annoncé au cours du dialogue de sensibilisation entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'Union européenne plus tôt dans le mois. « L'allocation pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée est de 180 millions d'euros pour les six prochaines années, » a déclaré Monsieur Dihm.

Le travail a commencé dans la plus grande ferme de mouches du monde, en Afrique du Sud, après que la firme européenne soutenant le projet a reçu des fonds nécessaires de la part d'investisseurs, propulsant l'utilisation des insectes comme nourriture pour le bétail de la théorie académique à une activité commerciale. Le projet, situé près du Cap, a été conçu par un groupe de scientifiques et d'experts de l'environnement recherchant des protéines alternatives alors que la production en hausse de fourrage animal tel que le soja accapare de plus en plus de terres agricoles de valeur. La ferme, édifiée par AgriProtein, basée à Gibraltar, va accueillir 8,5 milliards de mouches qui produiront des tonnes de larves riches en protéines en se nourrissant de déchets organiques. Le principal obstacle à ces jeunes entreprises est la disponibilité du capital, car les obstacles législatifs dissuadent les investisseurs potentiels.

L'Unité de développement des exportations de l'Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO) va reprendre ses ateliers e-business pour les entreprises de la région au cours de la semaine du 26 août 2014. Les ateliers se tiendront à Montserrat le 26 août et aux Îles vierges britanniques le 28 août. Les ateliers sur l’e-business intégreront une évaluation sur l'e-commerce dans les entreprises participantes venant des États membres de l'OECO. Le processus comprend une vérification des connaissances des entreprises et de leur utilisation de l'e-commerce et d'autres outils d'e-business au moyen d'un questionnaire permettant de recueillir des informations sur les entreprises. Cette activité comprendra également une introduction de base à l'e-business et au e-commerce.

Dans toute l'Afrique subsaharienne, les petits agriculteurs forment la base des économies nationales et régionales, sauf s'il pleut trop ou pas assez, et que leurs récoltes diminuent. La solution est l'assurance, sur une échelle large et continentale et à un prix très bas et abordable. Rose Goslinga, du Kenya et de l'Allemagne, et son équipe ont été les premiers à mettre en place une manière non conventionnelle de donner une seconde chance de connaître une saison de végétation aux agriculteurs dont les récoltes sont perdues précocement. « J'assure les pluies », déclare Madame Goslinga dans une vidéo TED. Élevée dans une famille de missionnaires, elle a vu son père construire un hôpital psychiatrique en Tanzanie. En 2008, elle a eu l'idée d'une nouvelle activité commerciale alors qu'elle travaillait pour le ministère de l'Agriculture au Rwanda.

Le plus important projet de recherche de la Commission européenne vise à augmenter la production de l'aquaculture européenne en supprimant les goulots d'étranglement de la production d’espèces émergentes, en fabricant de nouveaux produits et en accédant à de nouveaux marchés. Il s'agit du projet Diversify, financé par le 7e Programme cadre de la Commission européenne dont la réunion de lancement a eu lieu au Centre hellénique de recherche marine en Grèce en janvier 2014. Coordonnée par le Dr Constantinos C Mylonas de l'Institut de biologie et de biotechnologie marines et d'aquaculture, cette recherche s'est étalée sur 5 ans et a réuni 38 partenaires au total venant d'Espagne, de France, d'Italie, de Grèce, d'Israël, de Belgique, des Pays-Bas, du Danemark, de Norvège, du Royaume-Uni, d'Allemagne et de Hongrie.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>