Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Bulletin 422
Août 2019
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345SuivantFin »
Mardi, 28 octobre 2014

Le gouvernement a suspendu l’utilisation sur les fruits et légumes d’un pesticide controversé dont le lien avec le cancer a été établi, alors que le Kenya s’efforce de protéger ses produits frais des sanctions accrues de l’Union européenne. L’Office de contrôle des produits parasitaires (PCPB) a déclaré qu’il avait suspendu l’utilisation du diméthoate et de ses dérivés sur les fruits et légumes. Les fabricants de ce pesticide auront désormais l’obligation d'apposer des étiquettes bien visibles interdisant son utilisation sur les produits alimentaires. « L’Office de contrôle des produits parasitaires a suspendu, avec effet immédiat, toute application foliaire du diméthoate […] sur les fruits et légumes », a déclaré Faith Mutwiri, président de l’Office, dans le dernier journal officiel du Kenya.

Des négociations sont en cours entre les dirigeants politiques et les chefs d’entreprise d’Afrique occidentale et l’Union européenne (UE) concernant l’Accord de partenariat économique (APE), qui appelle à un accès libre de droits douane aux marchés des deux blocs. Selon les termes de l’APE, l’Union européenne offrirait aux 15 pays membres de la CEDEAO et à la Mauritanie, non membre de la CEDEAO, un plein accès aux marchés des pays membres de l'UE. En retour, la CEDEAO ouvrirait progressivement à l’Europe 75 % de ses marchés, représentant environ 300 millions de consommateurs, sur une période de 20 ans.

 

Les entreprises nigérianes de transformation du cacao déclarent que le coût de l’exportation de leurs produits vers l’Europe a augmenté de 30 % en raison de l’impasse où se trouvent les négociations concernant de nouvelles conditions commerciales avec l’Union Européenne. Les exportations nigérianes de beurre et de tourteaux de cacao sont soumises à des taxes dans les ports de l’UE, dont le montant varie de 4,2 à 6,2 % de la valeur des marchandises transportées, et ce sans accord, selon le secrétaire exécutif de l’Association nigériane des transformateurs de cacao interviewé aujourd’hui par téléphone depuis Lagos, la capitale commerciale du Nigéria. Le Nigéria est le seul pays d’Afrique occidentale à n’avoir pas encore signé le protocole de l’Accord de partenariat économique concernant le libre échange entre l’UE et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, a-t-il expliqué. « Le beurre et les tourteaux de cacao d’origine nigériane sont de ce fait moins compétitifs sur le marché international », selon Oladunjoye. « Il s’agit d’une perte directe de revenus pour l’industrie de transformation locale ».

 

« DébutPrécédent12345SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>