Janvier 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mercredi, 18 octobre 2017

Le Groupe français Somdiaa a annoncé fin septembre dernier qu’il a pris l’engagement, dans le cadre de sa Politique de Développement Durable, d’implémenter la récolte « en vert » dans certaines de ses filiales (Cameroun, Gabon, Côte d'ivoire), en particulier dans la filière sucrière. « La récolte en vert, explique Somdiaa, présente de nombreux avantages parmi lesquels, la réduction du recours aux engrais chimiques grâce à la biomasse (pailles résiduelles) issue de la récolte.» L’agro-industriel français espère qu'à travers cette technique culturale, il y aura une diminution également du recours aux herbicides, à l’érosion des sols et aux émissions de CO2 dans l’atmosphère.

Avec la disparition depuis le 30 septembre des quotas sur la production et l'exportation du sucre, l'Union européenne, jusque-là importatrice, va devenir exportatrice. Les producteurs africains, déjà confrontés à des cours particulièrement bas, vont devoir faire face à cette nouvelle concurrence. Depuis le 30 septembre, il n’existe plus de limite à la production et à l’exportation de sucre au sein de l’Union européenne. Cette décision prise par Bruxelles mi-2014, dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune, n’est pas sans conséquence pour les pays africains, qui vont voir leurs productions locales concurrencées par le sucre européen.

Lundi, 16 octobre 2017

Les exportations vers le marché européen ont augmenté de 74% en six ans. D’autres obstacles restent à relever. Excédentaire. Madagascar vend plus de produits en Europe plus qu’il en importe. « Les exportations de Mada­gascar sont passées de 499, 5 mil­lions d’euros, en 2012, à plus de 875 millions, en 2016. Les importations en provenance de l’Union européenne représentent moins de 20% des importations totales malgaches », indiquent les chiffres conjoints du ministère du Commerce et de la consommation et de la délégation de l’Union européenne à Madagascar. Les exportations de textile et d’habillement ont augmenté de 31%, les bois de charpente de 86%. Les exportations de chocolats et de préparations alimentaires à base de cacao ont progressé de 84%.

Plus de 65 entreprises néerlandaises se sont fait remarquer cette année au salon de l’agroalimentaire d’Eldoret, qui s’est clôturé à l’Université d’Eldoret. L’objectif de cet événement était d’offrir aux agriculteurs, aux prestataires de services et aux fournisseurs de l’industrie une occasion unique de présenter leurs produits afin de les mesurer à la concurrence et de les vendre. Une plateforme avait également été mise en place pour permettre aux agriculteurs et aux parties prenantes du secteur agricole de se familiariser avec les nouvelles technologies et d’échanger des idées avec des acteurs de l’industrie pour trouver des moyens de stimuler l’industrie agroalimentaire dans le pays.

Jeudi, 12 octobre 2017

La société espagnole d’ingénierie et de conseil Incatema Consulting a obtenu le feu vert du gouvernement angolais pour la mise en œuvre d’un projet agropastoral dans la municipalité de Samba Caju localisée dans la province de Cuanza Norte. L’information a été annoncée par l'Agence de presse angolaise (Angop). D’un coût global de 73 millions $, l’initiative devrait permettre de mettre en valeur le potentiel agricole de la région et cadre avec l’objectif du gouvernement visant à promouvoir les projets allant dans le sens de l’amélioration de la production ainsi que de la transformation agricole.

Pour la première fois depuis dix ans, la famine ne recule plus dans le monde, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Ce désastre s’explique pour partie par le changement climatique et par les conflits armés. Il vient également des accords de libre-échange, qui imposent une ouverture des frontières déstabilisant les agricultures locales. Le vent du libre-échange souffle de plus belle sur le continent noir. D’un côté, l’Union européenne accroît sa pression sur les capitales africaines pour finaliser la signature d’accords de partenariat économique (APE) et en finir avec les préférences commerciales non réciproques : pour conserver l’exemption des droits de douane sur leurs exportations vers l’Europe, les Africains devront supprimer 80 % de ceux qui s’appliquent aux importations en provenance du Marché commun.

Asis sur une chaise au milieu d'un tas d'ananas, Jean-Xavier Satola supervise la coupe de ses fruits: après 8 mois d'auto-suspension pour excès d'utilisation de produits chimiques colorants, le Bénin, quatrième exportateur africain d'ananas, peut relancer son activité. Dans les champs d'Allada, principale ville de la zone de production du sud du Bénin, une vingtaine d'employés s'activent. Les hommes ramassent, en pantalon pour se protéger des épines, les femmes chargent, bassines sur la tête. Les ananas, la variété Cayenne lisse, gros et jaunes, sont lavés, rangés dans des cartons puis dans un camion. 800 colis partiront ce soir par avion pour l'Europe.

Lundi, 09 octobre 2017

Treize entreprises des Pays-Bas ont annoncé leur intention d’assister à l’expo Poultry Africa 2017 et à la conférence des dirigeants, qui se tiendront à Kigali à partir du 4 octobre. Cette mission est organisée par le Netherlands-African Business Council (NABC), le principal réseau des entreprises néerlandaises faisant affaires avec l’Afrique, et compte 350 membres, dont la plupart sont actifs dans le secteur agricole. Durant la conférence, ces entreprises s’inspireront du secteur avicole rwandais et construiront des partenariats solides avec celui-ci.

Le 30 septembre 2017, le tout dernier régime de quotas agricoles en place pour gérer la production de sucre dans l'Union européenne ont été supprimé, après presque 50 ans d'existence. La décision de mettre fin maintenant aux quotas de sucre avait été convenue entre le Parlement européen et les États membres dans le cadre de la réforme de 2013 de la politique agricole commune (PAC), à l'issue d'un vaste processus de réforme et de restructuration lancé en 2006. Entre 2006 et 2010, le secteur du sucre a subi une profonde restructuration qui a bénéficié d'un financement de 5,4 milliards d'euros. Ainsi, ce secteur a pu se préparer soigneusement pour cette date et la productivité s'est considérablement améliorée au cours des dernières années.

Vendredi, 06 octobre 2017

En Zambie, la campagne agricole 2016/2017 s’achèvera sur une baisse de 6% de la production sucrière. Selon les prévisions du Département américain de l’agriculture (USDA), le pays produira en effet, environ 388 405 tonnes de la denrée contre 411 279 tonnes, l’année dernière. Cette légère contraction du volume tient aussi bien à la dégradation de la qualité de la canne à sucre qu’à la réduction de la quantité de la matière première acheminée vers les raffineries, en raison des restrictions énergétiques ayant pesé sur l’irrigation et de la sécheresse enregistrée durant la saison. Pour rappel, l’industrie sucrière zambienne est dominée par la Zambia Sugar Plc, filiale du sud-africain Illovo Sugar qui produit environ 92,5% du volume national. Le pays exporte environ la moitié de sa production, principalement vers le continent africain et l’Union européenne (UE).

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>